Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 712
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par Xaverus » Jeu Juin 04, 2020 12:48 pm

Deux Petites questions pour les experts en particulier ceux qui ont accès à des sources de première main et/ou aux archives françaises/suisses.

1/
A la bataille de Roliça (17 août 1808), lors de l'assaut inconsidéré du 29th qui entraina la mort du colonel Lake, certaines sources de seconde main (dont l'Osprey Vimerio 1808) signalent un évènement de guerre où les suisses du 4ème régiment auraient tenté de changer de camp en renversant leurs mousquets et en se portant vers l'assaillant pour serrer la main des soldats britanniques.
Dans la confusion qui s'ensuivit, le 29th fut attaqué à l'arrière par un bataillon français et repoussé violemment au bas de la colline.

les suisses ont-ils induit volontairement en erreur les britanniques ?
voulait-ils "changer de camp" en masse ?
Certains britanniques ont-ils cherché à dédouaner l’échec de leur premier assaut inconsidéré par un comportement "indigne" de leurs adversaires ?

2/
Quels étaient les effectifs réels présents lors de la bataille ?
Lors de la campagne Delaborde avait à disposition le 1er bataillon du 4ème régiment suisse plus environ 300 hommes du second bataillon.
Posté à Péniche avant la bataille, on retrouve dans différents OB la présence du bataillon au complet lors de l'engagement mais parfois seulement 2 compagnies, tout comme pour Vimerio. Sait-on si le bataillon a quitté Peniche partiellement ou dans sont ensemble cette position dans le "dos" des britanniques pour rejoindre Delaborde ?

Bref, si vous avez des pistes sérieuses à partir de sources du camp français, je suis preneur, merci à vous.

Si avec ça on ne réveille pas le forum ;-)

LECHEVALIER
Messages : 159
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par LECHEVALIER » Jeu Juin 04, 2020 11:06 pm

Ordre de bataille au 1 novembre 1807

1° division d'infanterie
Général de division Delaborde
État-major 4

1° brigade
Général de brigade Avril
État-major 2

3° bat. du 15° de ligne 25 off. 937 hommes
1° et 2° bat. du 70° de ligne 63 off 2299 hommes
1° bat. Du 4° suisse 39 off 1149 hommes

2° brigade
Général de brigade Brenier
État-major 3

2° bat. du 47° de ligne 32 off 1166 hommes
1° et 2° bat. Du 86° de ligne 59 off 2191 hommes

La campagne d'Espagne
Colonel A. Grasset Editions Quatuor


Ordre de bataille au 15 juillet 1808

1° division d'infanterie
Général de division Delaborde
Aides de camp : chef de bataillon Beuret, capitaine Viard
Chef d'état-major : adjudant commandant Arnault
Adjoint d'état-major : capitaine Ruthie

1° brigade
Général de brigade Avril
Aide de camp : capitaine La Case

2° bat. du 47° de ligne 1541 hommes
1° et 2° bat. Du 70° de ligne 2358 hommes
1° bat. Du 4° suisse 985 hommes

2° brigade
Général de brigade Brenier de Montmorand
Aides de camp capitaine Barrié et Desjardins

3° bat. Du 15° de ligne 1086 hommes
1° et 2° bat. Du 86° de ligne 2501 hommes

Gloire & Empire n°29 mars-avril 2010

La composition de la 1° division est restée la même mais l'affectation des régiments au sein des deux brigades a été modifiée. Les effectifs sont d'une remarquable précision. Il est étonnant de constater qu'ils varient à la hausse surtout lorsque l'on sait combien la marche jusqu'à Lisbonne fut éprouvante pour le 1°corps d'observation de la Gironde à moins qu'il n'ait été renforcé avant son départ du nord de l'Espagne. Ces chiffres permettent toutefois d'avoir une idée de l'effectif du 1° bataillon du 4° suisse.


Réaction de Junot apprenant le débarquement anglais
La première mesure de Junot après la confirmation de la nouvelle du débarquement des anglais est d'envoyer à leur rencontre le général Delaborde … en tant que général expérimenté et habile. Il est remplacé au poste de gouverneur de Lisbonne par Travot. Le détachement de Delaborde est formé de deux brigades : celle de Brenier (deux bataillons du 70° de ligne) et celle de Thomières (1° régiment provisoire d'infanterie légère,formé des 3°,bataillons du 2° et 4° léger ; un bataillon du 4° suisse qui se trouve à Obidos et Peniche) ainsi que 150 cavaliers du 26° chasseurs à cheval et cinq canons. Delaborde part de Lisbonne le 6 août … le 13 il se porte sur Obidos et arrive le 14 à Rolica, après avoir laissé à Peniche le bataillon du 4° suisse à l’exception des grenadiers et des voltigeurs.

Le général Delaborde dispose donc au jour de la bataille de quatre bataillons d'infanterie au complet, d'un escadron de cavalerie, d'une batterie de cinq pièces de 6 et d'un détachement du 4° suisse. En effet seules les deux compagnies d'élites du 1° bataillon du 4° suisse, dont l'effectif était de 300 hommes, a pris part à la bataille de Rolica.

Rolica, l'attaque du 29th d'infanterie (2° position à proximité du village de Columbeira)
Les ordres du général en chef (Wellesley) sont les mêmes pour le deuxième acte du combat... Les caçadores portugais doivent emprunter la ravine à l'extrême droite, le 5th d'infanterie la suivante, les 9th et 29th celle du centre et les 45th et 82nd celle de gauche. Pourtant tout ne se passe pas selon le plan. Comme les troupes légères n'ont pas perdu contact pendant la retraite de Delaborde, elles continuent de se tirailler au milieu des rochers entortillés d'arbres verts au pied de la pente, le lieutenant-colonel Lake du 29th d'infanterie -témérité ou mauvaise interprétation des ordres reçus ? - qui forme la droite de la brigade Nightingale mène son régiment droit dans la ravine derrière le village de Columbeira. La chaleur est intense … Le 29th se scinde en deux pour subir moins de pertes par le feu ; son aile droite passe dans le village tandis que son aile gauche le contourne, de sorte qu'elle arrive bien plus tard à l'entrée de la ravine empruntée par l'autre moitié du 29th. La compagnie légère de ce régiment avait été détachée plus à droite avec celles des 5th et 82nd. En sortant du village l'aile droite du 29th pivote à gauche et défile dans un vignoble au pied de la colline, son flanc exposé au feu et subissant quelques pertes. A mi-chemin les anglais se reforment dans une oliveraie où les soldats, reçoivent l'ordre de se débarrasser de leurs havresacs et manteaux ; ceci s'accomplit sous une pluie de balles. Ensuite la montée continue ; le lieutenant-colonel Lake a son cheval tué et enfourche celui du major Way. Les anglais gagnent enfin une clairière légèrement boisée où ils se forment en ligne et se rabattent sur la droite pour laisser la place aux compagnies suivantes. C'est à ce moment là que les français, cachés jusque là se relèvent brusquement et ouvrent un feu d'enfer sans avancer. Le lieutenant-colonel Lake crie à ses hommes : « ne tirez pas, attendez un peu, nous allons bientôt charger » pensant être suivi par les autres compagnies, et ajoute « la baïonnette est la véritable arme du soldat britannique. » ce sont ses dernières paroles, car il est abattu par un voltigeur français nommé Bellegarde dans l'instant ; son cheval galope droit dans les lignes de Delaborde. Malgré la perte de leur chef, les anglais gardent leur contenance et ouvrent le feu face à eux., des soldats suisses (ou prétendus tels selon Leslie) désertent en masse et viennent leur serrer la main. C'est à ce moment là que les cinq compagnie du 29th sont assaillies par-derrière par deux du 70° de ligne dirigées par le général Brenier et sont mises en confusion. Le major Egerton prend alors le commandement et ordonne le repli. Les français les poursuivent à la pointe de la baïonnette, mais s'arrêtent avant le terrain boisé et regagnent leur position.

Le témoignage du général Brenier
« J'avais envoyé sur ma gauche deux compagnies du 70° régiment pour garder le débouché d'un défilé que j'avais heureusement reconnu ; ces deux compagnies furent subitement attaquées par un régiment anglais. Le reste de la division Delaborde, infanterie, artillerie et cavalerie était encore engagé dans le principal défilé qui débouchait sur Azambujeira ; tout était perdu si on ne parvenait à tout prix à arrêter le mouvement du régiment anglais. Le reste des troupes qui état sous mes ordres était indispensablement nécessaire sur les divers points où je les avais postées , et ou en effet je fus successivement attaqué. Je ne pouvais donc envoyer du renfort, et même je n'en avais plus le temps. Je courus moi-même vers les deux compagnies qui ne croyant pas pouvoir résister à la grande supériorité de l'ennemi, se retiraient en bon ordre. Je leur fis faire volte face, je commandai de suite le feu ; et je fus (sic) charger immédiatement le régiment anglais qui fut mis dans une déroute complète après avoir eu son colonel tué, et laissé sur le champ de bataille beaucoup de morts et de blessés et de prisonniers dont plusieurs officiers. »

Gloire & Empire n°29 mars-avril 2010
texte de Natalia Griffon de Pleineville

En scindant en deux le bataillon du 29th le lieutenant-colonel Lake ne disposait plus que de la moitié de son effectif soit cinq compagnies lorsqu'il a abordé le dispositif français, l'autre moitié du bataillon poursuivant sa manœuvre de contournement.
Les deux compagnies du 70° d'infanterie envoyées par le général Brénier sur sa gauche pour garder un défilé furent tournées par la manœuvre d'un partie des troupes du lieutenant-colonel Lake. Alors qu'elles se retiraient en ordre face aux anglais elles se trouvèrent alors coupées du reste de la brigade et durent se faire jour a travers les cinq compagnies du 29th qu'elles attaquèrent donc par derrière. Elles purent ainsi sous la conduite énergique du général Brénier rejoindre les lignes françaises et reprendre place dans le dispositif du général Delaborde. Sans l'intervention opportune du général Brénier, le général Delaborde n'aurait pu se maintenir aussi longtemps sur la position de Columbeira.
La tentative de désertion des suisses attestée par les sources britanniques n'est pas mentionnée par les français Il est vrai que chaque détachement combattait presque isolément pour défendre l’accès d'une ravine au plateau comme on l'a vu pour les deux compagnies du 70° de ligne. En tout état de cause rien n'indique qu'il s’agisse d'une quelconque ruse de guerre.


Une fois encore ma réponse est un peu longue mais il est difficile d'être précis sans être exhaustif et il est toujours hasardeux de ne pas replacer les faits dans leur contexte. Enfin il me semble important de citer mes sources dés lors qu'elles étayent ma réponse.

J'espère que ces éléments d'information compléteront utilement le travail de recherche que vous avez effectué concernant la bataille de Rolica.
Si cette dernière entre dans les fastes de l'armée britannique, comme le premier sucés dans la péninsule ibérique de celui qui deviendra plus tard le duc de Wellington, les historiens britanniques ne manquent pas de la saluer comme un bel exemple de la part des français de ce qu'il nomment «a delaying action ».

Avatar de l’utilisateur
LEmpereur
Donateur
Messages : 403
Inscription : Mar Oct 10, 2017 6:18 am
Localisation : Néron (28)
Contact :

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par LEmpereur » Ven Juin 05, 2020 5:55 am

Sujet original, merci pour la question et la réponse !
:D
L'Empereur Bête et Méchant vous invite à visiter
Le Blog : https://lempereurzoom13.blogspot.fr/
L'Instagram : https://www.instagram.com/lempereurzoom/
Cons se le disent!!!

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 712
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par Xaverus » Ven Juin 05, 2020 7:55 am

Merci beaucoup lechavalier pour cette réponse aussi rapide et d'avoir pris, comme toujours, le temps de détailler (je ne connaissais pas le témoignage de Brenier).

J'ai oublié de préciser que je me posais ces questions dans le cadre du scénario proposé sur le forum :
scénario bataille de Roliça

Sur le sujet des effectifs (la présence des 2 cies) je vous rejoins. Pour des raisons ludiques j'ai préféré laisser le bataillon en entier. Tout comme la non représentation sur le plan des ravines/défilés. Il faudrait utiliser une règle de jeu type "Chef de bataillon" pour exploiter au mieux ces actions de compagnies.

Concernant la tentative ou non de désertion des suisses lors de l'épisode de l'assaut du 29th, je suis toujours aussi étonné qu'on en trouve pas plus de traces dans des articles/sources français. A voir si quelqu'un a plus d'infos dans sa documentation ou accès à des archives. Pour ne pas avoir à ajouter une règle spéciale inutilement j'ai là aussi préféré laisser de coté. Mais la question est passionnante et reste ouverte.

LECHEVALIER
Messages : 159
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par LECHEVALIER » Ven Juin 05, 2020 10:35 am

J'avais bien lu dés, son édition, l'article que vous consacriez à la bataille de Roliça. L'ordre de bataille correspond aux divers sources disponibles toutefois

Le 4° escadron du 26° chasseur rassemblait :
au 1 novembre 1807 : 7 officiers et 241 cavaliers d'aprés le colonel Grasset
au 15 juillet 1808 : 263 sabres d'après Natalia Griffon de Pleineville

Or la marche des troupes de Junot fut à ce point éprouvante qu'elle eut raison des hommes et des chevaux et le royaume de Bragance ne présentant pas de réelles possibilités de remonte, (ce fut d'ailleurs pour le duc de Wellington un souci constant) les historiens évaluent la force de la cavalerie française présente à Roliça à 150 sabres. Ce chiffre me semble plus proche de la réalité.

L'ensemble des sources s'accordent par ailleurs sur le déroulement de l'attaque du 29th.
Il apparaît que le bataillon du Worchestershire régiment, qui devait agir au centre droit du dispositif britannique, en compagnie du 9th, s'est décalé plus à droite en direction du village de Columbeira. La compagnie légère agissant encore plus à droite avec celles du 5th et du 82nd., le lieutenant colonel Lake ne disposait donc plus que de 9 compagnies. Pris sous le feu ennemi et devant emprunter un itinéraire étroit, il résolu de scinder son bataillon en deux colonnes pour accélérer la marche de ses troupes et présenter une cible moins évidente aux français. Celle de droite sous ses ordres directes comprenait cinq compagnies (dont je suppose la compagnie de grenadiers) et traversa le village de Columbeira tandis que celle de gauche (probablement sous les ordres du major Egerton) rassemblait les quatre dernières compagnies et contourna ce dernier. Lorsqu'il fut au contact des lignes françaises, le lieutenant-colonel Lake voulu attendre que la colonne de gauche le rejoigne avant de lancer l'assaut tous moyens réunis, or celle-ci s'était heurté durant sa progression aux deux compagnies du 70° de ligne qu'elle repoussait lentement. Ce contre-temps fut fatal au colonel Lake mais il faillit entraîner la perte des compagnies du 70° tant il est vrai que leur chemin de repli était occupé par les hommes de Lake désormais aux ordres du major Way. En faisant faire volte-face aux deux compagnies du 70° afin qu'elles attaquent par derrière les troupes du major Way le général Brénier leur permit de bousculer les troupes du 29th et de faire nombre de prisonniers dont le major Way lui-même.

La tentative de désertion des hommes du 4° suisses avait eu lieu juste avant de sorte qu'en regagnant les lignes française les hommes du 70° ramenèrent avec eux les suisses qui avaient fait défection avec les prisonniers britanniques.

Je peux comprendre que vous soyez chafouin à l'évocation de tels faits concernant vos compatriotes de l'époque mais le témoignage de Charles Leslie ne peut être écarté. Officier au 29th Worchestershire regiment il a participé à l'ensemble des guerres de la péninsule depuis Roliça jusqu'aux Pyrénées en passant par Albuera et Talavera où il fut blessé à la jambe. En 1813 il rejoint le 60th rifle et combattit au Canada. Ses mémoires parues en 1897 sont le rare récit d'un témoin oculaire de ces batailles. A ce titre Roliça fut le premier engagement auquel il participa, ce fut donc son baptême du feu. Il est sur qu'il fut marqué plus encore par cette bataille que par aucune autre.

https://www.amazon.com/Regiment-Peninsu ... 0857069756

Si vous vous procurez ses mémoires peut-être pourrez-vous déterminer dans laquelle des deux colonnes du 29th il se trouvait lors de la bataille ? S'il se trouvait bien dans la colonne de droite avec le lieutenant-colonel Lake et le major Way ceci accréditerait plus encore son témoignage.

Le major Egerton qui se trouvait vraisemblablement avec la colonne de gauche n'assista pas à la scène, de sorte que son témoignage ne serait que ouïe-dire.

Le major Way fut quant à lui envoyé à Lisbonne avec les autres officiers du 29th faits prisonniers à Roliça. Junot les reçut fastueusement selon son habitude il les convia à dîner dans de la vaisselle en argent et leur fit servir le dessert dans dans des coupes en or. Le major Way en parfait gentleman ne voulu sans doute pas froisser son hôte et n'aborda pas le sujet.

S"agissant de témoignages français les hommes du 70° de ligne emmené par le général Brénier ne se sont sans doute pas posé la question de savoir s'il libérait des alliés prisonniers des anglais où des déserteurs de fraîche date. Les uns et les autres portant un uniforme rouge tous furent ramené dans les lignes françaises et le tri ne se fit que plus tard. D'ailleurs les deux compagnies d'élite du 1° bataillon du 4° suisse apparaissent bien dans l'ordre de bataille de Vimiero coté français.

A ce jour le témoignage de Charles Leslie est donc le seul élément tangible dont nous disposions à ce sujet.

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 712
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par Xaverus » Ven Juin 05, 2020 12:25 pm

Encore merci pour ces instructives et passionnantes précisions complémentaires. Aucun « chafouipatriotisme » de ma part (je classe d’ailleurs les suisses comme conscrits pour cette bataille), seulement de la curiosité de découvrir quels éléments ont pu déclencher cet évènement et le peu de répercussion (connues) post bataille du côté du commandement français. L’hypothèse que vous apportez est d’ailleurs tout à fait crédible (le retour des français du 70ème qui ramènent avec eux les prisonniers et les suisses). Bon faut dire qu’avec 2 compagnies et pour un tel combat ce n’est pas non plus très surprenant.

Ma volonté première était de rédiger un scénario générique ludique de cette bataille et ce pour des règles de jeu au bataillon (d’où l’absence des effectifs à l’homme près). Mais il arrive parfois, comme c’est le cas ici, que certains arbitrages ludiques (effectifs/bataillon/compagnies/ravines/reddition etc.) nous entraînent à fouiller un peu plus au risque de commencer à se perdre dans des détails qui ont plus leur place dans des études de bataille (ou discussions sur des forums type jeu d’histoire) plutôt que sur une table de jeu des années 2020. Sauf à décider de faire une reconstitution pointilleuse de ce combat évidement.

Je me permet d'ailleurs, si vous le permettez, de reprendre en partie votre précision concernant l'attaque des compagnies du 70th dans l'article.

LECHEVALIER
Messages : 159
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par LECHEVALIER » Ven Juin 05, 2020 4:10 pm

Je crois que votre analyse est juste concernant la représentation de la bataille de Roliça. Il est en effet possible de l'envisager à deux échelons. Au niveau du bataillon en positionnant les français sur un plateau où ils auront l'avantage du terrain et les anglais celui du nombre; mais il est également possible de ne jouer qu'une partie de la bataille, comme le secteur du village de Columbeira au niveau de la compagnie en travaillant sur le terrain afin que le défenseur, outre sa position, haute profite des sentiers et des ravines qui canalisent les colonnes ennemies montant à l'assaut du plateau tandis que l'assaillant usera des vignobles et des oliveraies pour progresser à l'abri du défenseur ainsi que des rares clairières pour se reformer et se réorganiser.

Vous aurez sans doute noté que dés ce premier combat Wellesley regroupe les compagnies légères pour constituer un "bataillon de marche" et agir sur les flancs voire sur les arrières de l'adversaire. Ainsi à gauche ce sont les compagnies légères des 5th, 29th et 82nd qui tentent de déborder le dispositif français tandis qu'à droite ce sont les compagnies de "rifle" des 60th et 95th de Fane qui soutenues par le 45th s’évertuent à contourner la droite française. Ce mode d'action se retrouvera tout au long des guerres de la péninsule.

Au final le rapport de force est assez équilibré concernant l'infanterie dans la mesure ou Wellington n'engagera en première ligne que cinq bataillons et demi contre quatre et demi coté français. En revanche avec dix huit pièces d'artillerie contre cinq et malgré sa position initiale au bas du plateau les artilleurs britanniques disposent d'une très large supériorité. Il reste aux français le 4° escadron du 26° chasseurs à cheval pour tenter de se dégager avant d'être submergés et sauver leur précieuse artillerie.

Enfin comme souvent il existe un "what if" historiquement possible. Celui de la survenue du général Loison en provenance de Santarem. Cette occurrence vous permettrait alors de passer à un autre niveau, celui de la brigade, et vous permettant d'engager le second échelon britannique dont la brigade Ferguson que Wellesley toujours prudent réservait à cet emploi.

En conclusion Roliça est une petite bataille sympathique qui loin des « mega-baston » permet de rejouer la situation à divers échelons selon le nombre de figurines disponibles et l'échelle de reconstitution choisie. Après un long et patient travail de recherche, elle autorise une approche tactique ou "opératique" de la bataille ainsi qu'un « what if » historiquement crédible.

Si le but premier que vous vous fixiez était de réveiller le forum à l'issue de la pandémie, je pense qu'il est atteint. Pour votre reconstitution de la bataille de Roliça il me reste à vous souhaiter bonne continuation et bon jeu.

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 712
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Comportement et effectis du 4ème suisse à la bataille de Roliça (1808) ?

Message par Xaverus » Sam Juin 06, 2020 5:50 pm

Pour compléter, il existe aussi sur le forum une belle présentation de la campagne et des combats de 1808 au Portugal par Bruno Masson :

Portugal 1807-1808, Une campagne (anglaise) tronquée

Reste encore comme point ouvert la question de la tentative de passage en masse à l'ennemi des deux compagnies, la raison du pourquoi et du comment. Même si finalement cet épisode n'a pas eu de dramatiques répercutions sur la suite de la bataille.

Ce qui est certain, c'est qu'une partie des hommes du 4ème de ligne suisse ont cherché à déserter pour rejoindre les rangs britanniques pendant la campagne. A la suite de la signature de la convention de Cintra des suisses ont même intégrés les rangs du 60th rifle, qui pour la petite histoire, était composé de nombreux germanophones.

Répondre

Revenir vers « Révolution et Empire - Histoire, organisation, ordres de bataille, uniformes et armements »