Page 1 sur 1

La guerre du roi aux portes de l'Italie 1515-1559

Publié : Sam Oct 03, 2020 11:01 pm
par Loïc
Aux Presses Universitaires de Rennes

La guerre du roi aux Portes de l'Italie 1515-1559
Julien Guinand
348 pages
15.5 x 24 cm
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5052

Image
Loin de correspondre à un mirage italien, aux seules personnes de François Ier ou du chevalier Bayard, aux batailles de Marignan et de Pavie ainsi qu'à la fin de la chevalerie supplantée par une révolution militaire pragmatique, les guerres d'Italie sont pour la Couronne de France de longs temps de belligérance entre 1494 et 1559. Elles s'inscrivent surtout progressivement dans la rivalité entre Valois et Habsbourg sous les règnes du roi chevalier puis de son fils Henri II sur plusieurs théâtres d'opérations avec un investissement de plus en plus lourd d'hommes et de ressources.
Leurs acteurs agissent pour servir leur Prince tout en cherchant à défendre des intérêts individuels ou collectifs. Ce livre propose alors l'appréhension originale de l'état de guerre agitant l'espace frontalier des Portes de l'Italie de 1515 à 1559. S'il permet de saisir les ressorts de l'Etat monarchique valois en guerre à l'ombre des Alpes, il permet surtout d'y suivre l'engagement, le vécu et les pratiques des combattants et des sujets du roi de France qui portent la guerre du roi.

Au delà d’une imagerie traditionnelle et de la notion de révolution militaire, ce livre appréhende les longs temps de belligérance des guerres d’Italie disputés à l’ombre des Alpes sous les règnes de François Ier et d’Henri II. Il n’est pas question de chevalerie guerrière dépassée ni de modernité militaire efficace, mais d’états de guerre, ceux de combattants, d’officiers du roi, de communautés, de petites gens et plus largement d’un espace assis aux portes de l’Italie. En cheminant entre le Rhône et le Pô, on suivra l’organisation et la mobilisation des capitaines, des armées royales et des populations où tous défendent des intérêts particuliers. On apprendra comment l’État monarchique assure la logistique nécessaire à ses campagnes militaires, fortifie ses territoires et répond à ses besoins financiers. Enfin, on approchera le quotidien de la guerre vécu et pratiqué par les combattants.
Plus qu’une étude sur une partie des guerres d’Italie, il s’agit bien d’observer les rouages de l’État monarchique en guerre en province à travers ceux qui contribuent à la politique du roi

La pratique de la guerre de l’armée royale sous François Ier et Henri II a longtemps été perçue dans l’historiographie comme peu adaptée à un art militaire moderne vu comme associé à l’usage des armes à feu de l’infanterie. Le poids des traditions chevaleresques ainsi que le manque d’un art militaire approfondi sont vus comme décisifs dans ce manque d’innovation. À l’opposé, un autre courant historiographique perçoit cette pratique de la guerre comme plus violente, car plus moderne avec un emploi de fantassins et de mercenaires laissant libre court à une culture du carnage et à un ensauvagement encore jamais vu. Elle s’oppose ainsi à la guerre médiévale jugée comme plus contrôlée. Ce travail questionne alors toute la praxis de la guerre des gens du roi et de ses peuples afin de trouver la juste mesure de leur engagement. Le choix du théâtre d’opérations des portes de l’Italie, entre le Rhône et le Pô, à la frontière sud-est du royaume de France est arrêté comme espace d’étude. Sa marginalité géographique et l’âpreté de son relief offrent une situation atypique pour envisager le fait guerrier. Comme il y est poussé dans ses retranchements humains, matériels et logistiques, il nous permet d’envisager toutes ses facettes. Le service de tous répond aux impératifs militaires et aux efforts de guerre attendus. Il est surtout intéressé et vécu de façons collective et indivuelle. Il n’est pas improvisé par simple témérité. Il est à comprendre dans les échanges des hommes et des corps constitués avec la Couronne et le roi. Il laisse donc percevoir l’organisation des compétences entre l’État monarchique et les autorités locales. Il met à jour leurs évolutions. Enfin, il concerne la foule des gens engagés dans le métier des armes et des non-combattants qui vivent les épreuves des affrontements. Cette étude est donc celle d’une société en guerre affrontant la conjoncture militaire avec ses héritages et ses innovations et rejetant l’idée d’une opposition binaire entre guerre médiévale et guerre moderne.


Introduction
http://www.pur-editions.fr/couvertures/ ... 46_doc.pdf

Sommaire
I Les portes de l’Italie
II Le commandement des armées
III Les hommes de guerre du roi
IV Le soutien matériel des troupes
V La fortification de la frontière
VI Le financement de la guerre
VII L’art militaire
VIII La guerre au quotidien
IX La bataille

Table des matières détaillée
http://www.pur-editions.fr/couvertures/ ... 56_doc.pdf

l'auteur chercheur et ses travaux
https://xn--universit-lyon3-jnb.academi ... ienGuinand