Trouvés renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 619
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par Xaverus » Mer Août 15, 2018 10:43 am

Merci Jacknap pour la reformulation, sur le coup j'ai eu un doute en me demandant si j'avais bien pigé ta question. :mrgreen:

Afin de pouvoir te relancer dans tes recherches il me faut juste replacer le contexte général.
L'histoire des cantons helvétiques est un peu complexe, tout particulièrement à cette époque. Pour la France c'est un carrefour stratégique clé et un glacis face aux autres nations, d'où son ingérence active dans la vie politique de la Suisse pendant 20 ans.

De 1803 à 1815 c'est une période de domination française (le temps de l'acte de Médiation). Dans les faits c'est purement et simplement une sorte de protectorat français sur les cantons helvétiques qui cache à peine son nom. Le Valais et la région de Genève étant même annexé à l'Empire Français pour former les départements du Léman et du Simplon comme signalé précédemment.

C'est donc Napo qui décide et fait un peu ce qu'il veut en particulier d'un point de vue militaire tout en formalisant dans des capitulations les différents besoins en hommes.
En pratique il n'y a pas de véritable armée suisse indépendante, la grande majorité des hommes sont absorbés par l'Empire, le reste fait surtout de la police et de la garnison.
Les soldats sont donc essentiellement au service de la France à travers les 4 régiments d'infanterie que les cantons doivent alimenter de recrues au niveau fédéral. Jusqu'à la capitulation de 1812 il y a encore parfois des suisses qui arrivent à partir au service d'autres nations (exemple le Régiment de Preux au service de l'Espagne alimenté un temps encore par le Valais. Mais souvent ces régiments complétaient plutôt leurs troupes avec les prisonniers ou déserteurs. A la fin de l'Empire beaucoup de ces régiments n'avaient presque plus de suisses dans leurs rang, excepté dans l'état major (Watteville, de Roll pour les anglais par exemple).

Tout cela pour dire que jouer suisse période Napo c'est :
soit jouer du suisse au service de la France (le parti officiel),
soit jouer les quelques régiments dispersés encore au services d'autres pays ou souverains. Dans ce cas, c'est du coté Espagnol (5 ou 6 régiments) ou britannique (Watteville,de Roll et Meuro par exemple) qu'il faut se tourner en premier lieu à mon avis.


A ce titre ton lien mélange un peu tout je pense (période révolutionnaire, napo, troupes au service des autres nations etc). Coté cavalerie par exemple c'est l'envolée lyrique, imagines-tu que napo se passerait de 6 régiments de dragons lourds (sans parler du reste des 17 régiments montés) connaissant la qualité des suisses et le besoin en chevaux du petit tondu par exemple ?
Dans les faits, la cavalerie suisse ce sont de rares détachements (escadrons au mieux).


Si tu veux te faire une armée avec un coeur de "suisses" pour les jouer c'est donc de là qu'il faut partir à mon avis :
L'OB de la 9ème division Merle du IIème corps d'armée de la Grande Armée en 1812 avec ses 4 régiments suisses enfin regroupés.

Ensuite selon la règle jouée (mais on s'éloigne un peu) il faudra compléter par des troupes alliées (français et croates) du IIième corps d'armée plus de la réserve de cavalerie.
Il y a du chasseur à cheval français et le 8ème chevaux légers dans la brigade Corbineau, le 23ème chasseur de Marbot dans la brigade Castex et même du cuirassier (3ème division de cavalerie lourde Doumerc qui est rattachée au IIième corps d'armée).

Et si tu veux avoir une brigade mixte (14ème cuirassier et 3ème chevaux légers lanciers) c'est la brigade D'Oullenbourg de chez Doumerc qu'il faut choisir.
[HS] : (sur le papier c'est aussi beau que le 13ème cuirassiers et le 4ème hussard de l'armée de Suchet mais la on s’égare, désolé ;-) ) [fin HS].

En plus du lien de Thierry, si tu as quelques euros à dépenser tu peux aussi commencer par le HS Tradition :
les-troupes-suisses-de-napoleon

Des personnes tel que Diégo Mané peuvent sûrement t'aider pour aller plus loin. Tout comme Thierry.

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Mer Août 15, 2018 12:58 pm

Xaverus a écrit :Merci Jacknap pour la reformulation, sur le coup j'ai eu un doute en me demandant si j'avais bien pigé ta question. L'histoire des cantons helvétiques est un peu complexe, tout particulièrement à cette époque. Pour la France c'est un carrefour stratégique clé et un glacis face aux autres nations, d'où son ingérence active dans la vie politique de la Suisse pendant 20 ans. De 1803 à 1815 c'est une période de domination française (le temps de l'acte de Médiation). C'est donc Napo qui décide et fait un peu ce qu'il veut en particulier d'un point de vue militaire tout en formalisant dans des capitulations les différents besoins en hommes. En pratique il n'y a pas de véritable armée suisse indépendante, la grande majorité des hommes sont absorbés par l'Empire, le reste fait surtout de la police et de la garnison. Les soldats sont donc essentiellement au service de la France à travers les 4 régiments d'infanterie que les cantons doivent alimenter de recrues au niveau fédéral.
Tout cela pour dire que jouer suisse période Napo c'est soit jouer du suisse au service de la France (le parti officiel), soit jouer les quelques régiments dispersés aux services d'autres pays, coté Espagnol (5 ou 6) ou Britannique (Watteville,de Roll et Meuro par exemple).
En plus du lien de Thierry, si tu as quelques euros à dépenser tu peux aussi commencer par le HS Tradition n° 35.
Des personnes telles que Diégo Mané peuvent sûrement t'aider pour aller plus loin. Tout comme Thierry.
Salut Xavier.
Merci pour cette réponse pleine d'arguments intéressants.
Concernant la reformulation, moi qui suis assez pointilleux, c'est ainsi que j'aurais dû poster ma question dès le début. :wink:
Mais j'avoue que je n'avais pas imaginé que le "mauvais" titre du début, serait pris au "Mot à mot" comme ce le fut. :roll:
Par mes nombreux cousins "Suisses" de plus de 50 ans, 7 + 19 Francophones et 1 Germanophone (Francophobe :shock: ), je savais pourtant bien que la Suisse n'avait pas d'armée au sens propre, mais des troupes par cantons ou par villes.

J'avais réalisé, il y a longtemps, la 9° Division Merle du II° Corps d'Armée de 1812 avec ses 4 régiments suisses.
J'avais réalisé également les Bataillons de Neuchâtel et Valaisan, ainsi que les troupes Croates de la campagne de Russie.

Je cherchais surtout les Régiments ayant combattu :
- Pour la France : Reding Jun n* 2 [2 bataillons - 1.686 h] + Preux n° 6 [2 bataillons - 2.027 h] (Valaisan de Courten (s) puis de Charles de Preux qui devient de Preux n°6 jusqu'à Baylen), autres que les 4 Régiments présents en Russie. Je les connais depuis le 13-08.
- Pour l'Espagne : Wipffen n° 1 + Reding n°3 [1 bataillon - 904 h] + Betschart n° 4 + Traxler n° 5. Je les connais depuis le 13-08.
- 3 pour la Grande-Bretagne : Watteville + de Roll + Meuro. Je les connais depuis le ton message d'aujourd'hui.

J'avais également posé la question (reformulée) à Diégo Mané.
J'ai feuilleté le "Gloire et Empire" n° 79, mais je n'ai rien trouvé concernant ce que je recherche, et donc je ne l'ai pas acheté.
Par contre, comme un idiot, je viens de me rendre compte que j'ai le HS Tradition Magazine n° 35. Cherché et trouvé grâce à ton message.
Je vais donc de ce pas le relire et noter tout ce qu'il contient d'intéressant.
Bon après-midi et à plus tard.
Merci à toi.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Mer Août 15, 2018 1:54 pm

Re-Salut à Tous.
Je viens de relire en entier le "Hors Série Tradition Magazine n° 35", Introduction, Fin de l'Ancien Régime, Période Révolutionnaire et Premier Empire et même Remerciements (dont le numéro de page est faux :roll: ), mais je n'ai rien trouvé de plus, hélas.

Je vais réfléchir aux Régiments que je souhaite faire peindre par mon ami Maxson :
- Pour la France : Reding Jeune n* 2 + Preux n° 6 ;
- Pour l'Espagne : Wipffen + Vieux Reding n°3 + Betschart n° 4 + Traxler n° 5 - Compagnies de grenadiers Reding Junior ;
- Pour la Grande-Bretagne : Watteville + de Roll + Meuro (ou Meuron).
Il me reste encore à trouver quelques gravures de tous ceux-ci. :wink:

Bonne fin après-midi et à plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 619
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par Xaverus » Mer Août 15, 2018 9:23 pm

jacknap1948 a écrit :Re-Salut à Tous.
Je vais réfléchir aux Régiments que je souhaite faire peindre par mon ami Maxson :
- Pour la Grande-Bretagne : Watteville + de Roll + Meuro (ou Meuron).
Il me reste encore à trouver quelques gravures de tous ceux-ci. :wink:
Si tu les fais en 28mm tu as as chez les frère Perry partie Britanniques :
Watteville Egypte 1801

de Roll Egypte 1801

Perso j'aime beaucoup le Watteville.
En revanche je ne sais pas combien de temps ils vont garder cette tenue.

Faudrait qu'un jour je m'y mette aux suisses tout de même :?
Xaverus, 50% helvète. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Jeu Août 16, 2018 7:47 am

Xaverus a écrit :Si tu les fais en 28mm tu as as chez les frère Perry partie Britanniques : Watteville Egypte 1801 de Roll Egypte 1801 Perso j'aime beaucoup le Watteville. En revanche je ne sais pas combien de temps ils vont garder cette tenue. Faudrait qu'un jour je m'y mette aux suisses tout de même :? Xaverus, 50% helvète. :mrgreen:
Salut Xavier.
Merci pour les liens, j'ai fait beaucoup de 1/72°, mais je ne fais plus que du 1/300° (6 mm).
N'ayant pas d'armée Espagnole je ne ferai pas les : 1° Wipffen, 3° Vieux Reding , 4° Betschart ni 5° Traxler.
Je ferais peut-être les : 2° Jeune Reding et le valaisan 6° De Preux même s'ils n'ont combattu pour la France que quelques mois.
Je n'ai pas d'armée Anglaise, mais j'en ai fait peindre une que j'ai offert à mon filleul, et je lui adjoindrais bien les de Watteville, de Roll et de Meuron si bien sûr ils ont combattu la France entre 1805 et 1815, dans la Péninsule ibérique en particulier.
Il me reste encore donc à trouver des renseignements les concernant ainsi que quelques gravures ceux-ci.
À plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Avatar de l’utilisateur
gboue
Donateur
Messages : 541
Inscription : Sam Août 06, 2005 3:01 pm
Localisation : Paris intra muros et Yonne

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par gboue » Ven Août 17, 2018 9:49 am

L’ARMEE CONFEDERALE SUISSE par Didier Davin (SEHRI)

Depuis l’ Acte de Médiation de 1803 , la Suisse est une confédération cantonale. Proclamée neutre, cela n’empêche pas de nombreux pays européens d'y lever des régiments pour leur service : France, Espagne , Hollande.
N’oublions pas qu'à l’époque, le Valais et la principauté de Neuchâtel sont indépendants et que Genève est la préfecture du département français du Léman
Pour sa défense propre la Suisse doit compter sur ses milices cantonales qui peuvent être provisoirement réunies par la Diète selon un contingent défini. C’est ainsi que la Confédération lève ses troupes pour les porter sur ses frontières en 1805, 1809, 1813.

En fin 1813 se proclamant de nouveau neutre, cela n empêche pas les Autrichiens de passer par Bâle pour envahir la France.
En décembre l’Acte de Médiation est aboli , sans que Napoléon puisse y faire grand-chose. Une vague convention le remplace entre les cantons. La guerre civile menace. Les oligarques de Berne veulent récupérer le canton de Vaud qui mobilise ses milices et les dissensions internes éclatent dans divers cantons. Les Français viennent d’ évacuer en décembre Genève et le Valais.

En juin 1814, les milices de Soleure et Fribourg viennent prendre la suite des Autrichiens à Genève qui vient de demander son rattachement à la Confédération. Le Valais va rester dans une configuration provisoire jusqu’en juin 1815 où il sera rattaché. Neuchâtel, tout en redevenant propriété du roi de Prusse, adherera au pacte fédéral en mai 1815.

Le retour de Napoléon en mars 1815, calme les querelles intestines. La diète décide de la mobilisation des milices ( 30.000 hommes) pour établir un cordon de troupes entre Genève et Bâle.La neutralité de la Suisse a de nouveau été proclamée le 20 mars par le Congrès de Vienne.

Les cantons, avec difficultés, parfois révoltes et mutineries, absence d’équipements et de ravitaillement, envoient leurs contingents, répartis en deux divisions . Le commandant en chef:Niklaus Frantz Von Bachmann et son second : de Castella, anciens soldats au service émigré, vont non seulement devoir laisser passer les Autrichien, une fois de plus , mais aussi spontanément les aider, par haine personnelle de la République et de l’ Empire, en lançant un raid en Franche Comté et en participant au siège de Huningue sous prétexte de « liquider » les dernières poches de résistance Bonapartiste post Waterloo, dont Huningue où Barbanegre bombarda Bâle pour rappeler aux Suisses leur « neutralité »…..

Les forces suisses réunies comptaient des contingents d’ Argovie, St Gall, Tessin, Lucerne, Zurich, Genève, Berne, Vaud, Thurgovie et des artilleurs de Neuchâtel. Pour se reconnaitre au milieu de tas d’uniformes disparates, elles portaient un brassard rouge à croix blanche, reprise des anciennes bannières…

Désavoué par la Diète qui estime, vers le 22 juillet, que «la malencontreuse expédition a assez duré» et qu’il «est allé trop loin en avant», Bachmann, accompagné par Castella, rend bruyamment son commandement à la Diète le 26 juillet 1815.


Pas de moi, mais pour faire avancer le schmilblick :mrgreen:

Gboue
"Mort aux cons!- vaste programme ! Charles de Gaulle"

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Ven Août 17, 2018 10:21 am

Salut Gilles.
Merci pour ce document : L’ARMÉE CONFÉDÉRALE SUISSE par Didier Davin (SEHRI)
Intéressant Forum sur lequel je me suis inscrit le 14 Août 2018. 8)
À plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

LECHEVALIER
Messages : 82
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par LECHEVALIER » Sam Août 18, 2018 8:59 pm

C’est depuis mon lieu de villégiature que j’ai réagi au post indiquant que : les Suisses avaient « combattu » à Baylen. Ne disposant pas de ma documentation, j’ai narré de mémoire les faits et n’ai pu comme à mon habitude citer mes sources. Rentré chez moi depuis je vous adresse le texte original sur lequel se fondent ce "mélange d'informations parfois erronées impressives et contradictoires, surprenantes, voir indignes du standard forum jeu d'histoire" que d’aucuns apprécieront.

1 / Vers 9 heures du matin

C’est au cours de cet assaut que se produit un événement peu croyable : la fameuse rencontre entre Suisses. Subitement les six compagnies de Christen s’arrêtent court dans leur assaut et mettent l’arme au pied. L’attaque se fige . Que se passe-t-il ? Là haut du coté de l’ennemi les shakos s’agitent aux pointes des baïonnettes. « Halte ! » crient des voix amies « Nous sommes aussi des suisses, nous ne voulons pas nous battre les uns contre les autres ». Les fusils s’abaissent ; le bataillon Christen s’avance jusqu’au fossé de la redoute (à l’aile gauche espagnole à Haza Vallona),le franchit et escalade le talus. Par une coïncidence bizarre de chaque coté commande un lieutenant-colonel du nom de Christen. Cependant Suisses rouges français « azurros » - de la brigade Schramm et « Suizos azurros » - espagnoles se mêlent joyeusement . On plante les drapeaux côte à côte et on décide de ne pas poursuivre l’engagement. En quelques minutes la redoute est aux mains du bataillon Christen soutenu par « Reding-jeune » ; cinquante « Suizos azurros » sont faits prisonniers. Le capitaine Schumacher ; témoin oculaire écrit : « Nous comprenons à quel point il était fâcheux que les enfants d’une même patrie servissent des nations différentes ». En quelques minutes la cause est entendue ; par centaines « nos Suisses passent du côté ennemi, les officiers essayent de les retenir. Il ne reste que 80 hommes de la brigade Schramm : 1600 sont passé du coté des « Suizos azurros » rejoindre leurs anciens frères d’armes !


Ce texte extrait de la revue Gloire et Empire n° 14 septembre-octobre 2007 p. 56 et 57 est signé d’Alain PIGEARD qu’il n’est pas utile, je pense, de présenter.

A ceux qui craignent, que je ne croise pas mes sources je propose :

2 / Dans la revue historique vaudoise

Les troupes suisses au service de France dépuis les ... - e-periodica
https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=r ... 893:1::501

Le bulletin n°10 de 1893 intitulé : « Les troupes suisses au service de France dépuis les dernièrs temps de l'ancienne monarchie jusqu'à aujourd'hui»).

« Les autres bataillons du 3e et du 4e regiment furent employes en partie en France, (les 3e et 4e bataillons du 3e regiment; le 4e du 4e), en partie en Catalogne (le 2e du 4e), enfin en partie dans le corps du gönöral Dupont, fait prisonnier ä Baylen par les Espagnols, le 22 juillet 1808 (le 1er du 3e regiment; le 3e du 4e). Sous les ordres de Dupont se trouvaient aussi dans cette sanglante rencontre les deux rögiments suisses de Preux et de Jeune-Reding, transfuges du service d'Espagnc Ces deux rögiments se comportörent vaillamment au debut de Faction, mais finirent par deserter»).

- L’article d’Albert de Montet en page 296 est certes, un peu moins tendre pour les régiments de la brigade Schramm, s’agissant d’un romanche, il paraîtra toujours douteux aux allemaniques mais il s’agit tout de même d’un compatriote moins contestable qu’un français.

3 / Histoire & Collection a commis il y a quelques années un petit livret, le n° 19 de sa collection « Soldats et officiers suisses aux services de la France 1785-1815 »,. Au delà des planches d’uniformes d’André Jouineau particulièrement appréciées des figurinistes, le texte de Didier Davin P 65 apporte une précision fort intéressante concernant « les Suisses incorporés au service de l’Espagne » :
« Le corps d’armée du Général Dupont devra capituler à Baylen en juillet 1808. Parmi ses troupes deux régiments suisses (selon une capitulation de 1804) au service espagnol qui avaient été versés dans l’armée française, au coté de régiments suisses au service français ».

- Les deux régiments de la brigade Schramm étaient donc au service de l’Espagne avant d’être incorporés au 2° corps d’observation de la Gironde.

4 / Le livre de Tranié et Carmignani dans les éditions Pygmalion ou Copernic traite un peu rapidement de la bataille et ne dit rien de l’incident.

5 / En revanche l’étude du Colonel A Grasset paru aux éditions Quatuor relate en détail l’événement p.222. Il explique surtout et c’est son grand mérite la genèse de la chose. Ce qui permet de bien comprendre l’enchaînement des faits et explique de façon lumineuses les textes précédemment cités dont certains termes pouvaient encore paraître un peu obscurs.

A droite, les Suisses sont parvenus au Haza Vallona où il y a une petite redoute. Eux ne reculent pas mais ils fraternises avec leurs compatriotes défendant cette redoute. Reding a confié en effet la défence de ce point d’appui de sa gauche à un bataillon du régiment de son frère Nazaire Reding. Et quand les soldats de ce bataillon ont vu les uniformes rouges des Suisses de Charles Reding et de Preux au service de l’Espagne eux aussi mais incorporés dans la division Barbou, ils ont mit les chapeaux au bout des fusils et appelant leurs compatriote, leur ont crié : « nous sommes tous Suisses ! ne nous battons pas les uns contre les autres ». Effectivement les capitulations des Suisses au service de l’étranger leur font un devoir sacré de ne pas agir offensivement les uns contre les autres.
Donc ces régiments rouges se rendent solennellement les honneurs. Les drapeaux sont placés côte à côte devant la redoute. Les officiers s’embrassent et il n’est plus question de batailles sur ce point. Le général Schramm intervenu en vain ne peut que ramener ses bataillons en arrière laissant le Haza Vallona aux mains des Suisses de Nazaire Reding.


Dans les chapitres précédents, le colonel Grasset explique comment les cinq régiments suisses au service de l’Espagne portant le nom de leur colonel (Wimpfen, Reding jeune, Reding vieux, Bettschart et Taxier) ainsi que le régiment Valaisan (de Preux) se sont trouver à l’avènement de Joseph sur le trône d’Espagne dans un conflit de loyauté. Napoléon pressentant la chose avait donner des instructions claires pour que ces unités soient dispersée mais Murat en qualité de lieutenant de l’Empereur (plus préoccupé peut-être par un destin personnel) ne saisit pas la pensée du maître et regroupa les régiments Suisses au service de l’Espagne dans une même division. Constituée à la base de deux brigades de deux régiments chacune. L’excédent servant à combler les rangs des régiments suisses au service de la France. Seules la brigade Schramm rejoignit le 2° corps d’observation pour participer à la campagne d’Andalousie.

En plus de la brigade Schramm (Rgt n°2 Reding–jeune du Col Schwyz et Rgt n°6 de Preux du Col Jaquet) appartenant à la division Rouyer de Saint Victor d’autres troupes suisses figuraient au sein du 2° corps d’observation de la Gironde tel le 3° bataillon du 4° Rgt commandé par le chef de bataillon Christen (Brigade Chabert – Division Barbou d’Escourières) ainsi que le 3° bataillon du 3° Rgt suisse aux ordres du chef de Bataillon d’Affry (Brigade Poinsot – Division Vedel).

En conclusion.
- Un événement particulier s’est bien déroulé durant la bataille de Baylen
- Elle implique les régiments suisses de la brigades Schramm désignés azzuros sans doute parce qu’ils avaient conservé leur ancienne tenue bleue correspondant à l’uniforme espagnol.
- Il semble qu’il s’agisse moins d’une désertion que d’une fraternisation même s’il convient d’observer qu’à l’issu de la bataille ces troupes rejoignirent les rangs de l’armée espagnol du général Reding.
- Rien n’indique par ailleurs que les autres troupes suisses françaises - non directement opposées à leurs compatriotes - n’aient pas fait leur devoir mais une fois qu’ils furent fait prisonniers les suisses espagnols affectés dans ces régiments ont très certainement suivi leurs anciens compagnons d’arme et il est probable qu’il furent imité en cela par des Suisses au service de la France.
- Concernant le commandant du 3° bataillon du 3° Suisse (français) s’agit –t-il d’un parent ou d’un homonyme (il semble que le nom de Christen soit assez répandu dans la Confédération (comme celui de Reding et de Schramm) et que ceux-ci par hasard ou par tradition soient assez versés dans le métier des armes. Je ne puis écarter qu’il s’agisse d’une erreur mais il est peu probable que le Dr Piegeard ait confondu les bataillons entre eux ?

Il est a noter que le grade de lieutenant-colonel, supprimé après la révolution fut remplacé par celui de major. Alain Pigeard a sans doute usé d’un tel raccourci pour indiquer que les deux commandants de bataillon portant le même nom avait également sinon le même grade du moins une fonction équivalente.

L’article d’Albert de Montet, bien que très daté, apporte une foultitude de renseignements concernant la composition, l’organisation, les uniformes et les campagnes des unités suisses au service de la France.
Le livret d’Histoire & collection est d’un abord moins austère. Il déborde un peu de son titre puisque au delà des suisses au service de la France il aborde les légions helvétiques en Suisse et en Italie, les milices helvétiques, le bataillon valaisan, le bataillon de Neuchâtel et bien sur les Suisses espagnols au service de la France durant la campagne d’Andalousie.
Nul doute que ces deux ouvrages répondront à la question initialement posée dont je n’ai pas perdu de vue l’objet.

Enfin et pour clore toute polémique :

Je crois que ce forum est pour chacun de nous l’occasion d’approfondir et de parfaire ses connaissances en apportant à tous les compléments d’information qu’il recherche. S’il traite de jeux de figurines, il s’appuie sur un cadre historique qui ne peut-être ignoré. Je n’ai pas la prétention de détenir la vérité et celle-ci ne peut par ailleurs être univoque. Alors gardons nous de tout jugement hâtif ou péremptoire et puisque tout ce qui est excessif est dérisoire, sachons admettre la contradiction sans en faire une controverse.
L’été est encore long, la météo annonce une nouvelle vague de chaleur alors à l’instar des vieilles troupes « Restons calmes et buvons frais ».

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 619
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par Xaverus » Dim Août 19, 2018 2:06 am

Avant toute chose je voulais te présenter mes excuses les plus plates Lechevalier pour mon massage un peu "rugueux" qui ne se voulait pas comme une attaque personnelle mais plutôt un petit coup de gueule général.
Tes citations sont d'ailleurs très intéressantes et je n'ai pas moi même malheureusement la patience et le temps d'en faire autant, d'où parfois certains raccourcis de ma part. Mais en les lisant j'ai enfin compris les causes de certaines incompréhensions.

Concernant la confrontation entre suisses suisses il semble malheureusement qu'elle ait tout de même eu lieu et les citations ne sont d'ailleurs pas contradictoires sur le sujet. Je m'en explique.

Espagne 1808 :
La confusion vient des régiments suisses au service de l'Espagne, des ex-suisses-Espagne passé forcés et contraints au service de la France (non fiables) et ceux au service de la France (que je nomme souvent par leur numéro pour éviter la confusion).

A Bailen, Reding commande sous les ordres de Castanos le centre du dispositif Espagnol. 2 bataillons qui portent son nom son présents mais pas directement sous son commandement (le 1er bataillon est sous Coupigny à gauche, le second en retrait du front à San Christobal).

Coté français, les régiments suisse ex-Espagne (Reding jeune, et Preux) sont dans la Brigade Schramm de la Division Bardou mais leur fidélité est évidement plus que douteuse (cf le pêché originel du massacre des gardes suisses aux tuileries en 1792, ainsi que la coupure idéologique du pays en pro et anti révolution).

Hors, dans cette même Division Bardou il y a dans la Brigade Chabert le 3ème Bataillon du 4ème Suisse au service de la France. Cette brigade va ouvrir le bal et être repoussé une première fois puis une seconde fois lors de la nouvelle attaque conjointement avec la Brigade Schramm.
En plus de cela, il y a dans la Division Vedel, Brigade Poinsot le 1er bataillon du 3èmse suisse au service de la France.
Si l'épisode de Reding jeune et Preux termine logiquement comme tu l'as relaté ce n'est pas le cas pour le 3ème bat. du 4ème régiment qui lui a combattue le 1er Reding pendant la bataille. C'est justement également relaté dans les mémoires du lieutenant Shumacher qui décrit la fraternisation entre les suisses espagnols mais aussi le combat entre suisses français et le 1er Reding !

D'où souvent la confusion. La fraternisation à eu lieu entre troupes à l'origine du même bord mais également le combat entre suisses pro et anti.

Pire, ironie de l'histoire, en fin de bataille la Division Vedel revient sur l'arrière de l'armée espagnole et le 1er bat. du 3ème suisse affronte le 2ème bataillon de Reding espagnol à San Christobal ! 2 confrontations entre suisses le même jour !

A l'aide des ordres de bataille précis, avec une relation détaillée de la bataille et surtout une bonne carte sous les yeux c'est d’ailleurs tout de suite plus clair (par exemple avec The peninsullar War atlas du Col. N. Lipscombe, revisited Edition).

Cet épisode explique à lui seul pourquoi je cite souvent les numéros des bataillons/régiments pour les suisses "français" et non les noms des colonels pour éviter les confusions beaucoup trop fréquentes.

Pour abonder dans le sens d'une application stricte de la non confrontation entre suisses il y a la Bataille de Maida 1806 lors de laquelle Watteville (armée britannique) et le 4ème bat. du 1er suisse (France) changent de place en pleine bataille pour ne pas avoir à se combattre. 8)

Pour Jacknap, Suisses au service de l’Angleterre face aux troupes du 1er Empire de mémoire :
de Roll à la bataille d’Alexandrie (ou Canope) en 1801 (Égypte)
puis de Roll-Dillon (fusion entre les 2 unités pour cause d'effectifs réduits...) présent en Espagne à la bataille de Castalla 1813 sous Clinton.
Watteville à Maida 1806 (Italie)
Mais plus les années avançaient, moins il y avait de véritables suisses dans ces régiments.

En tout cas les suisses passionnent, incroyable pour des gens si discrets :wink:

LECHEVALIER
Messages : 82
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par LECHEVALIER » Sam Août 25, 2018 4:04 pm

Errare humanum est, perseverare diabolicum
C’est l’apanage des gens polis que de s’excuser et il faut souvent plus d’intelligence et de force de caractère pour reconnaître s’être trompé que pour maintenir à tout crin une position devenue indéfendable, dont acte.

S’agissant de la constitution d’une armée suisse j’attire l’attention de Jacques sur le fait que les régiments n°2 Reding jeune et n°6 de Preux formant la brigade Schramm et affectés au 2° corps d’observation de la Gironde sont des régiments suisses au service de l’Espagne.

C’est donc en qualité de troupes étrangères au service du Roi d’Espagne Joseph 1er qu’ils combattent sous les aigles impériales. Si Alain Pigeard les qualifie de suisses rouges pour réaffirmer qu’ils sont bien dans le camp français, il s’empresse d’ajouter « azurros » car il n’est pas possible qu’il aient troqué en si peu de temps leur ancien uniforme contre une tenue à la française. Ainsi les compagnies ordinaires sont-elles encore vêtus d’un habit bleu (bleu marine) à distinctives jaune (collets, parements et retroussis) et coiffés du chapeau (bicorne porté en bataille), leurs compagnies de grenadiers sont quant à elles coiffées d’un bonnet d’oursin caractéristique à flamme rouge conformément aux règlements en vigueur dans toute l’armée espagnole.

Dans son récit de la bataille Alain Pigeard fait mention de shakos agités aux pointes des baïonnettes. A cet époque l’armée espagnole est en pleine réforme. La moitié de ses régiments d’infanterie portent encore des habits blancs à couleurs distinctives variées, tandis que l’autre moitié (dont les régiments suisses) arborent déjà des uniformes bleu flambant neufs. Au début du conflit toute l’infanterie espagnole est encore coiffée du bicorne. C’est d’ailleurs ce que semble confirmer le colonel Grasset dans le récit qu’il fait de l’incident. En revanche lui aussi parle d’uniformes rouges et se méprend comme beaucoup d’entre nous en confondant les régiments suisses espagnols et suisses français portant le même numéro. Or c’est précisément parce qu’ils portaient exactement le même uniforme que les « suisses espagnoles » se sont reconnus et n’en sont pas venus aux mains lors de la bataille de Baylen.

Les cinq régiments suisses au service de l’Espagne : Wimpfen, Reding jeune, Reding vieux, Bettschart et Taxier ne se différencient les uns des autres qu’au travers du numéro figurant sur le bouton et bien sur à leurs emblèmes mais je n’ai pas d’indications à vous donner à ce sujet. Le régiment n°6, de Preux, d’origine valaisanne porte une tenue semblable à celle des cinq premiers régiments mais s’en distingue par la couleur distinctive du collet, des parements et des revers (toujours portés fermés) rouges. Les pattes de collet et de parements sont quant à elles bleues.

Si vous souhaitez ajouter un peu de rouge à vos armées vous aurez donc le choix entre les quatre régiments suisses et le bataillon valaisan au service de la France ou les trois régiments au service de l’Angleterre.

S’agissant de ces derniers, il apparaît que les trois régiments suisses servant dans l’armée britannique ont porté (au moins à une époque) des couleurs distinctives différentes :
- Noire pour Watteville
- Bleu Royal ( puis bleu clair) pour Meuron
- Bleu clair pour de Roll
Vous pourrez donc en ne changeant que les emblèmes, convertir certaines unités de vos unités britannique en régiments Suisses. A l’inverse il vous sera toujours loisible de réaffecter ces contingents dans d’autres unités typiquement britanniques tels que les « chasseurs britanniques » par exemple. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Enfin si vous souhaiter voir appuyer vos unités d’infanterie Suisse au service de la France par de l’artillerie également Suisse , il vous est possible de constituer une artillerie régimentaire. En effet, le 1er Régiment en fut doté dés 1807. Les trois autres régiments durent attendre 1811 pour en être équipés. La tenue des artilleurs suisses est l’habit bleu à distinctives jaune, du moins pour le 1er régiment. Les revers sont passepoilés d’écarlate. Concernant les autres compagnies d’artillerie régimentaire, je n’ai pas d’information précise mais il est à noter que la tenue de la compagnie d’artillerie du 1er régiment est très semblable à celle de la compagnie d’artillerie du bataillon de Neuchâtel. Tout cela disparaîtra, malheureusement, lors de la retraite de Russie et les documents nous manquent pour être plus disert à ce sujet.

S’agissant de la cavalerie suisse, je confirme ce qui vous a été précédemment écrit. A ma connaissance la République Helvétique est parvenu à grand peine à lever un régiment de hussards, vite convertis d’ailleurs en chasseurs à cheval mais dont l’effectif ne dépassera jamais deux escadrons.

La plupart des informations de ce post provienne du n°19 de la série soldat & officiers d’Histoire & collections mais aussi du livre du Docteur F.G. Houtoulle illustré par le regretté Jack Girbal.

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Sam Août 25, 2018 4:21 pm

Salut et merci Le chevalier.
Je ne cherche pas à constituer une armée suisse, mais simplement à représenter toutes les troupes de Suisse ayant combattu pour la France :
- j'ai les 1°, 2°,3° et 4°Régiments [Uniformes rouges];
- j'ai les Bataillons de Neuchâtel et Valaisan [Uniformes rouges].
Pour compléter je souhaite faire peindre les régiments n°2 Reding jeune et n°6 de Preux [Uniformes bleus].
Merci encore et à plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3535
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

Re: Cherche renseignements sur les Troupes de Suisse 1805-1815.

Message par jacknap1948 » Lun Août 27, 2018 6:32 pm

Salut et merci à ceux qui ont pris la peine de me répondre. 8)
Merci à Diégo Mané et à Bruno Masson du Forum "Planète Napoléon" qui m'ont fourni tout ce qu'il me fallait, textes et gravures.
Je vais ainsi pouvoir représenter les quelques troupes de Suisse ayant combattu pour la France en plus des :
- 1°, 2°,3° et 4°Régiments [Uniformes rouges];
- Bataillons de Neuchâtel et Valaisan [Uniformes rouges].
Et donc je vais faire peindre les régiments n°2 Reding jeune et n°6 de Preux [Uniformes bleus].
Les figurines sont déjà commandées et mon ami peintre Maxson est prêt à les recevoir. :wink:
Merci encore et à plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « Révolution et Empire - Histoire, organisation, ordres de bataille, uniformes et armements »