Les fifres français

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 146
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Les fifres français

Messagepar Bernard » Lun Mars 26, 2018 9:27 am

Chaque compagnie d'infanterie française de fusiliers possédait 2 tambours.
Et les fifres?
Les tambours de compagnie avaient double dotation: tambour + fifre ou les fifres appartenaient à la musique régimentaire? :?:
Être et durer!

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 146
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Les fifres français

Messagepar Bernard » Ven Mars 30, 2018 8:13 am

"Dans les régiments, il faut distinguer deux types de musiciens militaires : – Les musiciens de musique régimentaire composée presque en totalité de gagistes (musiciens recrutés par le colonel et qui pouvaient changer de régiment, voire même de camp). Dans les régiments d’infanterie de ligne et d’infanterie légère, les fifres et les tambours dans les compagnies de grenadiers et de fusiliers, qui formaient la batterie dirigée par un tambour-major. Dans les compagnies de voltigeurs, il semble que les fifres aient été remplacés par des cornets."

"FIFRES. - Il est fait souvent état des fifres. On sait, par exemple, par un ordre du jour du colonel Chauvel (10) daté du 21 décembre 1804, que le 64e de ligne comptait dix-huit fifres.
Le fifre est une petite flûte traversière au timbre aigu, de perce cylindrique très étroite, son étendue est de deux octaves et est ordinairement dans le ton de ré. Son corps est percé de six trous, il n'a pas de clés. En fait, il ne diffère de la " fluste d'Allemand " décrite par le père Mersenne dans son " Harmonie universelle " (1636) que parce que plus court, plus étroit et que les sons qu'on en tire sont plus vifs et plus éclatants. L'instrument fut associé dès le XVIe siècle à la musique militaire et joint au tambour pour l'accompagnement des marches il fut vraisemblablement introduit par les Suisses et figurait à la bataille de Marignan. Les régiments de la Maison du Roi avaient des fifres, musiciens reconnus comme tels.
Image
Pourtant cette qualité ne se trouve sur aucun des documents conservés au Service Historique de l'Armée de Terre. Les instrumentistes étaient le plus souvent des enfants de troupe lesquels ne figuraient pas sur les contrôles. Un décret de 1805 en admettait deux par bataillon, mais en juin 1808, à l'occasion de la mise en place des dispositions du décret du 18 février 1808 réorganisant l'infanterie, le général Clarke (11) prenait la décision de ne "tolérer" qu'un seul fifre par bataillon avec affectation à la compagnie de grenadiers. D'après le Manuel d'infanterie du colonel Bardin, édité en 1813 par Magimel, " la fonction de fifre s'est éteinte sans avoir été supprimée", ces soldats étant devenus peu à peu des musiciens. "Quelques régiments en ont encore ", ajoutait-il, il y a des tambours-majors qui les font marcher derrière les tambours, cette disposition est vicieuse, ils doivent former le premier rang "... L'étui de l'instrument, en cuivre, était porté en travers de la poitrine, sur un baudrier. Il y avait même des baudriers, de parade, naturellement plus ornés et décorés."

Apparemment mes solutions envisagées étaient fausses l'une comme l'autre!
Maintenant, je penche donc pour des enfants de troupe non inscrits sur les contrôles des régiments en plus des tambours réglementaires. Cela expliquerait le fait que réglementairement ils apparaissent nulle-part!
Être et durer!


Revenir vers « Révolution et Empire - Histoire, organisation, ordres de bataille, uniformes et armements »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités