Thann

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Lun Août 03, 2020 7:13 am

Image

Image
Profitant de ma supériorité numérique provisoire sur les autrichiens, je déclenche l'attaque générale avec pour objectif la prise du Hausenerberg!
La VICTOIRE ne fait aucun doute! 8)
Vive l'Empereur! Vive l'Empereur!

Image
Installation à grande peine de ma batterie d'artillerie à cheval dans les bois!
La visibilité étant très réduite, je me demande si c'était une bonne idée! :lol:
@"LECHEVALIER": C'est vrai qu'un petit trompette monté hors troupes combattantes irait bien! :wink:

Image
Réorganisé et remotivé, le 3e de ligne redescend du Buchberg et repart à l'attaque en 2ème échelon derrière un bataillon du 105e.
A l'assaut du Hausenerberg! Vive l'Empereur!

Image
La brigade toute fraîche Barbanègre sera le marteau qui brisera les lignes autrichiennes.
Vive l'Empereur!

Image
Déjà l'avant garde ennemie se replie sous la pression. :lol:
Ça va être APOCALYPTIQUE! Vive l'Empereur!
:D :D :D
Être et durer!

LECHEVALIER
Messages : 140
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Thann

Message par LECHEVALIER » Lun Août 03, 2020 11:37 am

S'agissant du déploiement de l'artillerie française, je pense que vous avez reçu le n° 21 de Gloire & Empire.
Vous avez donc lu page 46 le témoignage du colonel Séruzier commandant l'artillerie. Je n'ai donc rien à ajouter concernant le rôle déterminant qu'elle eut dans le gain de la journée, dés lors qu'elle put trouver une position adéquat pour appuyer la contre attaque de la division Saint Hilaire.

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Lun Août 03, 2020 11:53 am

J'ai effectivement lu le témoignage du chef d'escadron Séruzier.
Mais j'ai lu aussi 3 autres récits de cette bataille, un du côté français mais aussi deux côté autrichien.
Cela permet de tout relativiser...
A lire Séruzier, c'est pratiquement lui tout seul qui a gagné cette bataille!
Ceci étant dans mon jeu c'est bien lui qui actuellement commande l'artillerie à cheval perdue dans les bois et ma foi je ne suis pas sûr de trouver une aussi bonne position de tir que son homologue historique.
:D :D :D
Être et durer!

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Mar Août 04, 2020 8:56 am

ESMBEL a écrit :
Jeu Juil 02, 2020 4:45 pm
Le Hors-série n°19 de tradition magazine consacré à l'infanterie française 1791-1815 donne effectivement deux colonels pour ce régiment en 1809 :
Meunier Saint-Clair et ensuite Lafitte.
Je l'ai commandé et je l'ai reçu aujourd'hui!
Ça sera ma lecture pendant mes vacances siciliennes! 8)
Merci beaucoup.
:D :D :D
Être et durer!

Avatar de l’utilisateur
ESMBEL
Messages : 641
Inscription : Ven Août 15, 2008 11:47 am
Localisation : BELGIQUE (Entre Sambre et Meuse)
Contact :

Re: Thann

Message par ESMBEL » Mar Août 04, 2020 9:58 am

Bernard a écrit :
Mar Août 04, 2020 8:56 am
Je l'ai commandé et je l'ai reçu aujourd'hui!
Ça sera ma lecture pendant mes vacances siciliennes! 8)
Merci beaucoup.
:D :D :D
Y a pas de quoi :wink: Bonne lecture !
Rien ne sert de courir... Eh bien non, ça ne sert à rien!!
http://peindreavecunehallebarde.eklablog.com/

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Mar Août 25, 2020 7:11 pm

Image
Les combats font rage sur l'ensemble de la ligne de front.

Image
Sur mon aile gauche l'attaque de la Brigade Grandeau patine face aux solides positions défensives du 12eIR. :?

Image
Je vais repositionner ma batterie à pied directement sur le Buchberg.

Image
L'attaque centrale de la Brigade Barbanègre prend de l'ampleur malgré les hussards autrichiens!
Sur la doite de la photo, la Brigade Lorencez a du mal... L'artillerie autrichienne confortablement installée au sommet du Hausenerberg fait des ravages... :shock:
En avant! Vive l'Empereur!

Image
Finalement c'est sur ma droite que les progrès sont notables! La Brigade Stabenrath bouscule 3 bataillons ennemis, jette à terre le FML Lusignan, prend pied à l'extrême ouest du Hausenerberg et...

Image
...capture un drapeau ennemi! Celui du III/7eIR!! Hourra! :D

Image
Ça y est toutes les troupes des 2 camps sont entrées sur le champ de bataille.
:D :D :D
Être et durer!

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Lun Sep 07, 2020 10:06 am

MES socles d'unités
Cette bataille se déroulant sur un terrain très vallonné, j'en profite pour vous donner une explication de mes socles personnels d'unités.
Ils sont le fruit de longues réflexions et de nombreux essais infructueux.

Voici par exemple un socle d'infanterie de 3 fig de large sur 6 de long:
Image

Image

Image
Image
Les courbures du socle permettent d'essayer d'épouser au mieux les courbes du terrain.
Toutes mes figurines sont aimantées afin de tenir au socle d'unité dans des conditions difficiles!

Image
Quand les conditions sont vraiment trop difficiles, comme ici des unités perpendiculaires à la pente.
J'ai aussi des petits supports qui permettent de maintenir un socle d'unité dans une forte pente.

Mes fameux petits bouts de gomme ont aussi 2 autres avantages:
Ils "avancent" directement avec l'unité ce qui permet de ne pas oublier l'étiquette de l'unité sur le terrain...
Image
Si on enfonce à fond l'aiguille, on peut ainsi fixer à demeure par exemple une batterie d'artillerie...
Image
...ou un chef.

Image
Et ceci même dans les pentes les plus rudes!

Image
Naturellement il faut de nombreux socles d'unité et ceci à un coût financier et demande de la place... :oops:
:D :D :D
Être et durer!

LECHEVALIER
Messages : 140
Inscription : Dim Sep 02, 2012 7:35 pm

Re: Thann

Message par LECHEVALIER » Mer Sep 23, 2020 6:39 pm

Le 2 août dernier je vous indiquait que le général Moritz de Liechtenstein pouvait porter au choix soit un uniforme de hussard, soit l'uniforme classique des officiers généraux autrichiens.

Dans le n°6 de la revue « Soldats napoléoniens », j'ai relu le descriptif du tableau de René Berthon ayant pour thème la reddition de la ville d'Ulm intervenu le 20 octobre 1805.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/ ... lation.jpg

Le général-major Moritz Liechtenstein figure parmi les 17 généraux qui suivent le « malheureux Mack » devant l'Empereur et offrent ainsi leur reddition.

Ils existent d'autres représentations de la même scène ; la plus connue étant certainement la peinture de Charles Thévenin.

https://www.lelivrechezvous.fr/puzzle-l ... -mack.html

Mais cette dernière, commandée en 1806 ne fut achevée qu'en 1815 et présentée pour la première fois seulement au Salon en 1833. A l'inverse la toile de René Berthon fut présentée le 15 septembre suivant au salon de 1806, c'est à dire moins de 6 mois après la campagne d'Austerlitz et acquise par Napoléon lui-même.

La composition des œuvres est très semblable et sur les deux tableaux on observe que certains généraux autrichiens portent la tenue de général de hussards : (deux chez Thévenin, trois chez Berthon).
On note aussi chez Thévenin, qu'il s'agit de tenues régimentaires rehaussées des attributs d'officier-général (outre les galons et hongroises de dimensions supérieures à celle d'un colonel on remarque la présence au collet du dolman un large galon en zigzag caractéristique des généraux autrichiens). A l'inverse les trois généraux de hussards figurant sur le tableau de Berthon portent tous trois la tenue dite hongroise (culotte et dolman rouge, pelisse blanche). Il s'agit du Prince Moritz de Liechtenstein alors Général-major, du Feld-maréchal-lieutenant Landgrave de Hesse-Hombourg et du Feld-maréchal-lieutenant Comte Ignatz Gyulai.

Le tableau de René Berthon présente des détails qui attestent de la contemporanéité de l’œuvre.
C'est le cas de la tenue de l'Empereur qui porte l'uniforme des vélites de la garde, troupe de nouvelle levée présente au moment de la reddition. A l'inverse sur la toile de Thévenin il porte la tenue plus classique de colonel des chasseurs à cheval de la garde.

Parmi les personnalités entourant l'Empereur Thévenin fait figurer des officiers-généraux dont la présence à ses cotés le 20 octobre 1805 est pour le moins douteuse.
- Andoche Junot ambassadeur de France auprès du royaume de Bragance, qui abandonnera sans ordre son poste à Lisbonne pour rejoindre la grande armée et ne l'atteindra qu'à la veille d'Austerlitz.
- Eugène de Beauharnais, au premier plan de la toile n'était pas à la tête de son régiment des chasseurs à cheval de la garde trop occupé par ses récentes responsabilités de vice roi d'Italie. Son régiment était d'ailleurs scindé en deux les trois premiers escadrons sous les ordres du colonel en second Morlant (qui trouva la mort à Austerlitz), les trois suivant sous les ordres du major Dahlmann.
- Joachim Murat, présenté de trois quart dos est, quant à lui, depuis le 17 octobre aux trousses de l'Archiduc Ferdinand qui tentait de s'échapper vers la Bohême.
- Jean-Batiste Bessières au sujet duquel, j’émets les mêmes réserves et pour les mêmes raisons concernant sa présence à Ulm ce jour là.

A l'inverse la toile de Berthon ne fait figurer qu'un nombre limité de personnalités bien présentes à Ulm parmi lesquels on reconnaît Berthier Ney et Marmont et dont on devine de dos Savary (homme de l'ombre, naturellement) dont le rôle fut important dans la mystification du Feld-maréchal Mack par l'entremise de l'espion Shulmeister.

S'agissant des uniformes, les généraux français portent des habits de grandes et de petite tenue dont les collets rouges ou bleus sont parfaitement représentatifs du changement intervenant précisément à cette époque dans les tenues. Ce qui n'apparaît pas sur la toile de Thévenin plus inspiré par des uniformes postérieurs à l’événement.
Les ceinture-écharpes, les plumets rouges et aigrettes blanches des chapeaux des généraux de division visibles chez Berthon sont eux aussi représentatifs des tenues de l'époque
Si l'on ajoute que le peintre séjournait à Vienne en 1805, il est clair que son œuvre est un témoignage précieux et l'on peut penser qu'il a croquer avec la même précision les uniformes des généraux autrichiens.

Je ne suis pas dupe du fait que ces tableaux, souvent de commande ne sont pas simplement décoratifs. Ils sont d'abord des vecteurs de propagande mais aussi des moyens plus ou moins subtils de flatter le pouvoir en place et ceux qui l'exercent.
Loin de moi la volonté de dénigrer l’œuvre de Tévenin, qui du point de vue artistique, dépasse à mon sens le tableau de Berthon mais force est de constater qu'elle ne correspond pas à une représentation sincère de l’événement.

En consultant l'ordre de bataille de l'armée autrichienne de Souabe en 1805, j'observe que le prince Moritz de Liechtenstein sert au sein de la division du Feld-maréchal-lieutenant comte Kenau, laquelle appartient au corps du Feld-maréchal-lieutenant Schwarzenberg. Elle se compose de :
4 bataillons de grenadiers,
4 compagnies de chasseurs,
8 escadrons de cuirassiers Mack n°6,
6 escadrons de chevau-légers Kenau n°5,
6 escadrons de uhlans Schwarzenberg n°2.
Ainsi donc la tenue de général de hussard n'impose pas de commander de régiments de la même arme. Cette remarque vaut pour les deux autres généraux de hussards figurant sur la toile de Berthon.

En 1809 comme vous l'indiquer vous même la brigade du général-major Moritz de Liechtenstein compte un régiment du hussards (hussards n°3 Archiduc Ferdinand Carl d'Este). Il est donc plus fondé encore qu'en 1805 à revêtir son uniforme de général de hussards.
S'il s'était agit du régiment de hussards n°7 (Liechtenstein), peut-être eut-il opté pour l'uniforme de ce même régiment rehaussé des distinctives d'officier général mais il me semble que ce privilège devait revenir d'abord à son frère aîné (Johannes) en qualité de colonel propriétaire du dit régiment.

C'est pourquoi je pense qu'en 1809 le général-major Moritz de Liechtenstein a probablement fait campagne dans la tenue de général de hussard hongrois semblable à celle qu'il portait en 1805 et dans laquelle il apparaît sur le tableau de Renè Berthon au moment de la reddition d'Ulm.

La prédilection de certains généraux de cavalerie pour la tenue hongroise à la hussarde s'explique peut-être, outre la luxuriance de l'uniforme, par les couleurs de celui-ci qui correspondent à celle de la grande tenue des généraux autrichiens (culotte rouge et habit blanc) mais ceci est un sentiment personnel.

Sans revenir sur ce que je vous écrivais le 2 août dernier, je crois que vous seriez fondé à peindre une figurine de général de hussards hongrois pour représenter le Prince Moritz de Liechtenstein à la bataille de Thann pourvu que vous souhaitiez ajouter une figurine originale à votre « Kriegspiel ».

coquintof
Messages : 185
Inscription : Lun Fév 22, 2010 4:07 pm
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: Thann

Message par coquintof » Mer Sep 23, 2020 6:49 pm

sinon pour les pentes tu a le système limaille de fer coller sur les flanc des collines avec des socles aimanter sous les figurines
bon ok :arrow: :arrow: :arrow: :arrow:

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 578
Inscription : Ven Mai 12, 2017 11:25 am
Localisation : MOSELLE

Re: Thann

Message par Bernard » Jeu Sep 24, 2020 8:35 am

LECHEVALIER a écrit :
Mer Sep 23, 2020 6:39 pm
Sans revenir sur ce que je vous écrivais le 2 août dernier, je crois que vous seriez fondé à peindre une figurine de général de hussards hongrois pour représenter le Prince Moritz de Liechtenstein à la bataille de Thann pourvu que vous souhaitiez ajouter une figurine originale à votre « Kriegspiel ».
Adjugé vendu!
De plus j'ai déjà une figurine de général de hussards hongrois.

Image
Je regarderai dès que possible si les couleurs sont correctes.
Merci pour cette excellente étude, mon GM Moritz de Liechtenstein va avoir une allure plus chatoyante!
:D :D :D
Être et durer!

Répondre

Revenir vers « Révolution et Empire - Les scenarios et les rapports de bataille »