AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
le samouraï fou
Messages : 524
Inscription : Mar Oct 09, 2007 4:42 pm
Localisation : Paris
Contact :

AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar le samouraï fou » Sam Jan 30, 2016 10:28 pm

L’affaire de Tournai, ou « des Canards de l’Escaut »

Entre mes "quelques copies de géographie" de Terminale sur "les frontières et la territorialisation dans l'espace-monde" (oui, ça pique un peu !), je vous propose ce petit compte-rendu sur la partie de samedi dernier au club Le Shakko de St Geneviève des bois (91).

Bataille fictive sur la règle "Age of Reason" : printemps 1745, région de Tournai sur l’Escaut
(Mille pardons pour des photographies de piètre qualité)


En cette année 1745, tout porte à croire dans la réussite des armées de Louis XV.
Aussi, le futur Maréchal de Saxe débute cette campagne militaire, avec toute la confiance du roi, et se voit confier le commandement du meilleur des troupes du moment. Son objectif : la ville flamande de Tournai, la plus à même d’être investie et prise avant d’avoir à affronter une armée alliée de secours.

Image

C’est sans compter sur la dextérité de l’Armée Pragmatique, construite autour d’une coalition des troupes des Provinces Unies, Anglaise, Hanovrienne et Autrichienne. Et bien que la région soit essentiellement constituée de grandes plaines fertiles et agricoles, quelques promontoires naturels permettent de voir les grandes manœuvres ennemies, et d’attendre avec l’avantage des hauteurs. Ce que les Alliés vont savoir exploiter.

Image

Image

Image

Image


C’est donc dans le cadre d’une partie de type Attaque / Défense (classique !), que les joueurs vont devoir s’affronter. Le terrain constitué de collines, étant tenu par les Alliés, c’est donc aux « mangeurs de grenouilles » d’avoir l’insigne honneur d’attaquer.
Colline n°1

Image

Image

Image

Image

Image


Colline n°2

Image

Image


Le général en chef français, digne élève à l'école des "petites guerres" apprises auprès du comte de Saxe , organise ses troupes dans un déploiement peu orthodoxe pour l’époque, mais qui par son audace peut se révéler génial, à la condition que les officiers-commandants suivent à la lettre les ordres reçus. La chance - ou malchance - aux dés d’ordres, pouvant également venir pimenter une affaire rondement menée.
Le choix est fait de concentrer les troupes sur le flanc gauche, dans une sorte de colonne de « division », constituée de différentes colonnes de marche, appuyée sur leur gauche et leur droite de deux petits corps de cavalerie qui ont été scindés avant la bataille. Elle couvre ainsi plus de terrain, mais est par conséquent moins puissante à l’impact …

Image

L’acte est audacieux; et l’idée est de forcer le passage sur la colline ennemie la moins protégée par l’artillerie, en envoyant une brigade de troupes légères à l’attaque du chemin creux qui coupe la ligne de bataille Alliée. Si tout se déroule comme prévu; pendant que les bataillons d’infanterie en ligne s’attaqueraient aux tuniques écarlates, les troupes légères harcèleraient l’arrière ennemi, ou tout au moins rendraient leur redéploiement plus aléatoire, en faisant le coup de feu.

Image

Image


Mais voilà ! Malheureusement, trop de jeunes commandants de brigade, peu enclins à l’art de la guerre du XVIIIème siècle, obtiennent la charge d’officier car « papa » leur a acheté un régiment :lol: . Très vite, ils se retrouvent ainsi à la tête de plusieurs bataillons. Et lancés bien vite dans une campagne audacieuse, ils n’ont pas la dextérité suffisante pour réagir face une situation inattendue. Ici, tout un corps de cavalerie de Ligne britannique, déployée sur le flanc de l’armée française, et prête à charger à la caracole en faisant le coup de feu.

Image

Leur espoir est de renverser les bataillons français en ligne, avançant les uns derrières les autres. L’espace disponible pour se redéployer face à la menace anglaise est trop réduit, et des mauvais dés d’ordres, font vite regretter l’avance classique en « colonne de brigade » au joueur français (plus simple à redéployer en ligne, sur la gauche).


Le pire arrive avec la cavalerie française - certes venant protéger le flanc des lignes d’infanterie - mais insuffisamment puissante devant le nombre, le feu des mousquetons et l’impact (relatif) des cavaliers anglais. Le coup de butoir est ainsi inévitable, alors que les troupes en avant, n’ont pas encore eu le temps d’atteindre les collines ennemies, ni le chemin creux. La partie est dés-lors perdue.
Cela ne fait que cinq tours que la partie a débuté. C’est une répétition de la débâcle de Dettingen de 1743 (les Gardes françaises y avait reçu le doux sobriquet de « Canards du Main » sous la plume de Voltaire).

Image

Image


Mais l’honneur interdit de baisser l’échine, et fort de sa gloire passée, le général français décide de poursuivre en avant. Et pendant un temps, alors que son arrière vole en éclat, on peut croire au miracle, au génie d’un officier supérieur qui ne tremble pas devant l’inévitable : une déculotté !

Les troupes légères font merveilles, s’infiltrant sur l’arrière ennemi, qui a du mal à croire ce qu’il voit : des hussards et autres escarmoucheurs (tirailleurs) fourrageant sans cesse, et obligeant les Autrichiens à se redéployer.

Image

D’autant que les Alliés avaient utilisé toute leur brigade hanovrienne sur la droite de l’ennemi. Troupes employées à tenir le petit village de Melle, et dés-lors inutiles dans la bataille. Le redéploiement va prendre du temps, et devrait laisser là_aussi une petite opportunité d’exploitation du terrain pour les Français.

Image

Image

Image

Galvanisés, certains bataillons suisses s’attaquent même aux Autrichiens, qui eux attendent de pieds fermes sur la colline n°1 (mais également attaqués par le chemin creux par les légers français). Mais il est dommage que ce ne soit pas toute la brigade (en deux lignes de batailles) qui ait été envoyée ici en avant de l’ennemi. C’est frustrant !

Image


Mais au huitième tour, une dernière erreur française tient dans cette obstination d’envoyer toutes les troupes de Ligne, alors en colonne de marche, dans le goulet que constitue le chemin creux.
Et d’un léger avantage qu’il venait de prendre sur l’ennemi anglais, le Français tombe vite dans un véritable massacre organisé.
Pris dans des feux croisés, les Français flanchent rapidement. Il aurait été préférable de déployer ces 8 bataillons devant la colline de gauche (colline n°2), et la gravir en effectuant des feux de salves sur l’Anglais. Il y aurait peut-être eu là, une opportunité de prendre une position ennemie.
Mais sans réserve possible (celle-ci ayant été balayée par la cavalerie britannique), il semble de toute façon peu probable que le désastre pu être stoppé.

Image

Image

Image


Pour le général en chef français, la bataille était déjà perdue !


Bilan :

A la réflexion, je n’aurais sans doute pas dû permettre aux Anglais de se déployer directement sur cette petite colline avancée (colline n°3), sur la gauche de l’armée française. Même si les troupes françaises avaient été mises au courant de cette menace avant la bataille … Les évènements en aurait été sans doute différents.

En même temps, le Français avait encore 10 à 12 bataillons de Ligne qu’il aurait pu envoyer, en partie sur la colline n°2 (6 bataillons), et permettre à Jules d’envoyer sa brigade suisse au complet (6 bataillons) sur les deux bataillons autrichiens sur la gauche de la redoute (colline n°1). Tout en poursuivant le harcèlement sur l’arrière ennemi (par le chemin creux), avec ses légers qui se sont révélés excellents !

J’ai également testé le lendemain, une attaque de la brigade de cavalerie anglaise sur la brigade d’infanterie française - si celle-ci s’étaient organisée pour permettre le déploiement en une ligne de bataille sur la gauche -. Et sur 4 essais effectués, elle n’est pas passée 3 fois sur 4 :

- Au premier essai, elle a échoué au test moral (la cavalerie n’aime pas charger de l’infanterie réglée à l’époque des Lumières …)
- Au deuxième essai, elle a réussi à atteindre la ligne ennemie après avoir subi le feu de salve ennemi (nouveau test moral), a pu tirer en caracole, mais a perdu à la mêlée, et s’est repliée vers son point de départ.
- Au troisième essai, elle a atteint la ligne ennemie, et a gagné la mêlée au deuxième tour grâce aux renforts arrière.
- Au quatrième essai, elle n’a pas réussi au test moral lors du feu de salve de l’infanterie, et s’est repliée.

Ce qui montre clairement que les charges de cavalerie sur l’infanterie réglée en ligne de bataille, à l’époque des Guerres en dentelles, restent aléatoires.

Avatar de l’utilisateur
CUSTODES
Moderateur
Messages : 3275
Inscription : Ven Fév 23, 2007 9:51 am
Localisation : NANTERRE

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar CUSTODES » Lun Fév 15, 2016 2:54 pm

Ciel !
Ce post est là depuis plus de deux semaines et personne ne réagit !
De très belles figs sur une table richement décorée, un excellent CR au ton gaillard et enlevé !

Bon seul défaut, les français prennent une tôle :? ( c'est pour ça d'ailleurs que quelques soient les règles ou les périodes, je joue Anglais :lol: :lol: :lol: )
Président tyranique du Club de la Garde Républicaine à Nanterre

Et,
Admin despotique du http://new-wab.forumactif.org/

Avatar de l’utilisateur
Thierry Melchior
Moderateur
Messages : 3213
Inscription : Dim Juin 19, 2005 3:26 pm
Localisation : 10 (Aube)
Contact :

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar Thierry Melchior » Lun Fév 15, 2016 3:12 pm

Tu fais bien de relever ce sujet je l'avais raté également. :oops:

Une bonne explication du pourquoi du comment, j'aime ça, mais il ne pouvait en être autrement avec les gars du shakko ! :wink:
S&B : règle microtactique pour les combats de 1700 à 1825
Site de jeu d'histoire et d'Histoire de 1700 à 1850
Forum de mes règles
New ! Boutique

Avatar de l’utilisateur
gboue
Donateur
Messages : 485
Inscription : Sam Août 06, 2005 3:01 pm
Localisation : Paris intra muros et Yonne

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar gboue » Lun Fév 15, 2016 7:54 pm

AOR, toute ma jeunesse !

Je regrette encore d'avoir vendu toutes mes armées 15mm (françaises, anglaises, hannovriennes, Marathes, iroquoises, canadiennes) :oops:

Mais cher collègue ton sujet de TES n'est pas dans le respect des textes, à moins que tes schtroumpfs ne préparent Sciences-Po :mrgreen:


Gboue
Keep Calm and trust Ganesh

Avatar de l’utilisateur
Siaba
Moderateur
Messages : 4917
Inscription : Sam Avr 21, 2007 1:27 pm
Localisation : Albi (81)
Contact :

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar Siaba » Lun Fév 15, 2016 8:29 pm

CUSTODES a écrit :Ciel !
Ce post est là depuis plus de deux semaines et personne ne réagit !
De très belles figs sur une table richement décorée, un excellent CR au ton gaillard et enlevé !


J'avais pas vu non plus....ça me manquait, les CR du samourai....ça me donne toujours envie de reprendre les pinceaux sur cette période :D
When I go home, people ask me, "Hey Hoot, why do you do it, man? You some kind of war junkie?" I won't say a goddamn word. Why ? They won't understand why we do it. They won't understand it's about the men next to you... and that's it.

Avatar de l’utilisateur
le samouraï fou
Messages : 524
Inscription : Mar Oct 09, 2007 4:42 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar le samouraï fou » Sam Fév 20, 2016 8:46 am

Merci les amis. Effectivement, les Français se sont pris une grosse mouflée ce jour-là :lol: :lol: :lol:

Avatar de l’utilisateur
Xaverus
Messages : 529
Inscription : Dim Mai 13, 2007 11:00 pm
Localisation : IDF

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar Xaverus » Lun Fév 29, 2016 5:35 pm

Le tricorne c'est l'envie,
le tricorne c'est la galanterie,
le tricorne c'est la vie.

Bref, en tricorne tout est beau et bon !
On en redemande :D

Avatar de l’utilisateur
le samouraï fou
Messages : 524
Inscription : Mar Oct 09, 2007 4:42 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: AOR : L'affaire de Tournai (fictif), printemps 1745

Messagepar le samouraï fou » Lun Fév 29, 2016 9:13 pm

:) Merci !


Revenir vers « Renaissance et Ancien Régime - Les scenarios et les rapports de bataille »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité