23-08-1939 : Le pacte germano-soviétique.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

23-08-1939 : Le pacte germano-soviétique.

Message par jacknap1948 » Jeu Août 23, 2018 6:31 am

23 août 1939 : Le pacte germano-soviétique.


Le 23 août 1939, le monde apprend avec stupéfaction la signature au Kremlin, à Moscou, d'un pacte germano-soviétique de «non-agression».

André Larané.


Rapprochement des dictatures.

Staline, maître tout-puissant de l'URSS, soupçonnait les Occidentaux de vouloir détourner vers l'Est les appétits de conquête de Hitler.

Il croit voir dans le lâchage de la Tchécoslovaquie à la conférence de Munich la confirmation de ses craintes.

D'ailleurs, cinq mois après cette conférence, Hitler transforme ce qui reste de la Tchécoslovaquie en une colonie allemande et commence à émettre des revendications sur la Pologne.

Il réclame en particulier Dantzig, «ville libre» selon les termes du traité de Versailles de 1919.

Le «couloir de Dantzig» assure à la Pologne un accès à la mer mais présente l'inconvénient de séparer la Prusse orientale du reste de l'Allemagne.


- Staline aux abois

Devant la menace allemande, Staline négocie d'abord un rapprochement avec les Français et les Britanniques.

Un projet d'accord est bouclé le 22 juillet 1939 mais le dictateur refuse de le signer car les Occidentaux n'autorisent pas ses troupes à entrer en Pologne et en Roumanie en cas de besoin.

De dépit, Staline change son fusil d'épaule et, le soir du 19 août, annonce à son Politburo (bureau politique) son intention de signer un pacte de «non-agression» avec son turbulent voisin (rien à voir avec une alliance qui implique un engagement militaire commun).


- Hitler au culot

À Berlin, certains dignitaires, comme le feld-maréchal Hermann Goering, tentent de maintenir le dialogue avec Londres après l'occupation de Prague par la Wehrmacht, le 15 mars 1939.

Mais Joachim von Ribbentrop, un nazi arrogant et hostile aux Anglais, devenu ministre des Affaires étrangères le 4 février 1938, sabote leurs efforts.

Il convainc Hitler que les Occidentaux sont trop timorés pour jamais oser répondre aux provocations allemandes et l'entraîne dans un rapprochement avec Staline, en vue du dépeçage de l'Europe centrale.


- Le rapprochement des contraires

Image

Le pacte est bouclé en trois jours par le ministre allemand des Affaires étrangères, von Ribbentrop, et son homologue soviétique, Molotov.

Le pacte est conclu pour une durée de dix ans.

Les termes méritent d'en être rappelés : «Les hautes parties contractantes s'engagent à s'abstenir de tout acte de violence, de toute agression, de toute attaque l'une contre l'autre, soit individuellement, soit conjointement avec d'autres puissances».

Le pacte inclut une aide économique de l'URSS à l'Allemagne avec d'importantes livraisons de blé, pétrole et matières premières.

Celles-ci se poursuivront jusqu'à la rupture du pacte deux ans plus tard.

Une clause secrète prévoit le partage de la Pologne en zones d'influence allemande et soviétique, la limite passant par les fleuves Narew, Vistule et San.

Une autre clause secrète prévoit la livraison à l'Allemagne nazie de militants communistes allemands réfugiés en URSS (elle sera exécutée comme les autres).


Dépeçage de l'Europe centrale.

Hitler est dès lors débarrassé de la crainte d'avoir à combattre sur deux fronts.

Quelques jours plus tard, le 1° septembre, il déclare la guerre à la Pologne et l'envahit en prenant le risque d'un conflit avec la France et le Royaume-Uni.

Effectivement, cette fois, ces derniers pays ne peuvent faire autrement que de déclarer la guerre à l'Allemagne.

De son côté, l'URSS entre en Pologne le 17 septembre 1939.

Ayant eu raison de la courageuse résistance des troupes polonaises, Soviétiques et Allemands font leur jonction sur la ligne de démarcation du Bug, transformé en nouvelle frontière germano-soviétique par le traité du 28 septembre.

Plus du tiers de l'ancienne Pologne est annexée à l'URSS, le reste à l'Allemagne.

L'URSS profite de l'affaire pour attaquer aussi la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie !

Winston Churchill, témoin et acteur de premier plan, écrit dans ses Mémoires à propos du pacte : «(...), seul un régime de despotisme totalitaire, comme celui qui existait dans chacun des deux pays, était capable de supporter la réprobation qu'inspirait un acte aussi anormal».


Une semaine d'Histoire du 20 Août 2018 au 26 Août 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »