16-01-2014 : Mort de Hirō Onoda (à 91 ans).

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3270
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

16-01-2014 : Mort de Hirō Onoda (à 91 ans).

Message par jacknap1948 » Mar Jan 16, 2018 11:14 am

16 Janvier 2014 : Mort de Hirō Onoda (à 91 ans).


Posté sur le Forum "La Royale" par Naga13.

Ainsi que le révèle le site d’information japonais The Asahi Shimbun, un ancien soldat qui a vécu caché dans la jungle aux Philippines jusqu’en 1974, ignorant la fin de la Seconde Guerre mondiale, et attendant en vain des renforts, est mort aujourd’hui à 91 ans.


Sa vie

Issu d'une famille de 6 frères et sœurs, Hirō Onoda fait ses études au collège de Kainan.
À 17 ans, il entre dans la société d'import-export Tajima-Yoko, spécialisée dans la vente de vernis à Wakayama, puis demande à être affecté dans une succursale de l'entreprise à Hankou en Chine.
À 20 ans, il est appelé pour son service militaire à intégrer le 61° régiment d'infanterie de Wakayama.
Peu de temps après, Onoda est affecté au 218° régiment d'infanterie : destination Nanchang, où il retrouve son frère Tadao.

Image

En 1943, Onoda arrive à Kurume, qui a une école d'une réputation effrayante sous les ordres du général Shigetoumi.
Après trois mois d'entraînement intensif, Onoda regagne son unité d'origine.
Le 13 août 1944, Onoda quitte Kurume pour rejoindre la 33° compagnie à Futamata qui est une annexe de l'école de Nakano dans laquelle sont formés des officiers commandos.
En décembre 1944, Onoda fait partie des vingt-deux hommes formés aux techniques de la guérilla.
Destination : les Philippines, territoire américain occupé par le Japon.
Son supérieur, le Major Yoshimi Taniguchi, lui donne l'ordre de retarder le débarquement des Américains sur l'île de Lubang, sur laquelle Hirō Onoda passera plus de trente années dans la jungle attendant le retour de l'armée japonaise.

Image


1945-1974

En 1945, les troupes américaines reprirent l'île et presque toutes les troupes japonaises furent anéanties ou faites prisonnières.
Cependant, Onoda continua la guerre, vivant d'abord dans les montagnes avec trois camarades Yuichi Akatsu, Siochi Shimada et Kinshichi Kozuka.
Un d'entre eux, Akatsu, se rendit finalement aux forces philippines en 1950, et les deux autres furent tués dans des échanges de coups de feu avec les forces locales : Shimada en 1954, Kozuka en 1972, laissant Onoda seul dans la montagne.
Il rejetait comme une ruse toute tentative visant à le convaincre que la guerre était finie.
En 1959, il fut déclaré légalement mort au Japon.

Retrouvé par un étudiant japonais, Norio Suzuki, Onoda refusa obstinément d'accepter l'idée que la guerre était finie à moins d'avoir reçu de son supérieur hiérarchique l'ordre de déposer les armes.
Pour l'aider, Suzuki retourna au Japon avec des photos de lui-même et d'Onoda comme preuve de leur rencontre.
En 1974, le gouvernement japonais put retrouver le commandant d'Onoda, le Major Taniguchi, devenu libraire.
Il se rendit à Lubang, informa Onoda de la défaite du Japon et lui ordonna de déposer les armes.
Le lieutenant Onoda quitta la jungle 29 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et accepta l'ordre de son chef de remettre son uniforme et son épée, avec son fusil Arisaka Type 99 toujours en état de marche, cinq cents cartouches et plusieurs grenades à main.

Image

Bien qu'il eût tué une trentaine de Philippins qui habitaient l'île et échangé plusieurs coups de feu avec la police, on tint compte des circonstances et Onoda bénéficia du pardon du président Ferdinand Marcos.

Le lieutenant Onoda fut, au sens strict, le dernier soldat de nationalité japonaise à se rendre.
Le tout dernier soldat de l'armée japonaise fut retrouvé quelques mois plus tard, en décembre 1974 : il s'agissait non pas d'un citoyen japonais, mais d'un aborigène de Taïwan, incorporé dans les volontaires de Takasago sous le nom de Teruo Nakamura.


1975 a nos jours

Après sa reddition, Hirō Onoda alla s'installer au Brésil, où il devint éleveur de bétail.
Peu après sa reddition, il publia une autobiographie, Ne pas se rendre : Ma guerre de Trente Ans, où il décrit sa vie de maquisard dans une guerre terminée depuis longtemps.

Image

En 1996, il revint visiter l'île de Lubang et fit un don de dix mille dollars américains pour l'école locale.
Par la suite, il épousa une compatriote et retourna vivre au Japon où il créa en pleine nature un camp pour les enfants.
Là, Hirō Onoda partagea avec eux ce qu'il avait appris sur la survie pendant ses années de vie solitaire.


WIKIPÉDIA
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »