12-01-1904 : Les Hereros se révoltent... et meurent

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3126
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

12-01-1904 : Les Hereros se révoltent... et meurent

Messagepar jacknap1948 » Ven Jan 12, 2018 7:04 am

12 janvier 1904 : Les Hereros se révoltent... et meurent.


Le 12 janvier 1904, les Hereros se révoltent contre les colons allemands qui occupent leur territoire, le Sud-Ouest africain (aujourd'hui la Namibie).

Les Allemands réagissent avec une brutalité extrême et exterminent la presque totalité du peuple herero.

André Larané.


Un génocide ?

Le drame herero reflète les horreurs dont a été entachée l'expansion coloniale européenne à la fin du XIXe siècle.

Il donne aussi un avant-goût des génocides du XXe siècle. Est-il lui-même un génocide ? Non. Il ne relève pas du projet d'extermination d'un peuple, coupable du seul fait d'exister.

Il se présente comme une risposte disproportionnée à un soulèvement armé.

De ce genre de risposte, l'histoire européenne en est hélas tissée et les peuples africains n'ont pas été les seuls à en pâtir.

Que l'on songe seulement à la répression du soulèvement vendéen par les Républicains français et au compte-rendu du général Westerman !

Si les colons allemands ont sévi contre les Hereros et laissé tranquilles les Ovambos et les Hottentots, autres peuples du Sud-Ouest africain, c'est que seuls les premiers les ont attaqués.

Cela fait toute la différence entre ce massacre et les génocides ultérieurs d'Arméniens, de Juifs, de Tziganes ou encore de Tutsis.


Au bord de la guerre.

Le Sud-Ouest africain est un territoire grand comme deux fois la France, semi-désertique et inhospitalier, bordé à l'ouest par l'océan Atlantique et au sud par le fleuve Orange.

Avant l'arrivée des Européens, il est seulement habité par des groupes clairsemés.

Ce sont en premier lieu des Aborigènes à la peau cuivrée : les Hottentots et les Khoisans ou Bochimans (déformation de l'anglais Bushmen, hommes du bush). Ils comptent des tribus telles que les Sans, les Samaras ou les Namas.

Ces pasteurs adaptés au climat semi-désertique descendent des populations qui habitaient le continent africain avant l'arrivée des Noirs.

Les Noirs, ou Bantous, sont également représentés dans le Sud-Ouest africain. Ils appartiennent à la tribu des Ovambos et à celle des Hereros. Dès le milieu du XIXe siècle, ils sont en relation avec des missionnaires britanniques.

Au printemps 1883, un jeune marchand allemand, Heinrich Vogelsang, aborde dans une crique du nom d'Angra Pequena. Il prend contact avec un chef local, Joseph Fredericks, et conclut avec lui l'achat des terres environnantes.

C'est ainsi que le 12 mai 1883, il hisse le drapeau allemand au-dessus de la crique et télégraphie à son associé, un riche négociant du nom de Franz Lüderitz : «Territoire acheté au chef contre paiement unique».

À Berlin, l'empereur Guillaume I° et son chancelier Otto von Bismarck suivent avec intérêt les tribulations africaines de leurs concitoyens.

L'empire allemand n'a pas encore de colonies à la différence de la République française et du Royaume-Uni et ils commencent à s'en inquiéter, vu que les territoires disponibles en Afrique commencent à se faire rares.

Le 24 avril 1884, le gouvernement allemand du chancelier Bismarck informe officiellement Londres qu'il accorde sa protection à Lüderitz et Fredericks. De ce jour date la naissance de l'empire colonial allemand.

Le premier gouverneur de la colonie du Sud-Ouest africain (Südwest-Afrika en allemand) est un certain Dr H. Goering, dont le fils Hermann s'illustrera d'une triste façon aux côtés d'Adolf Hitler.

Sous l'impulsion du gouverneur, les colons allemands fondent une capitale proprette, Windhoek, et développent de vastes plantations en employant les indigènes à des travaux forcés, en volant leur bétail et à l'occasion leurs femmes (d'où l'apparition, rapidement, d'une communauté métissée).

Les Hereros sont confinés dans des zones tribales et ne bénéficient pas des garanties du droit allemand.


Révolte.

C'est dans ce contexte qu'éclate la révolte des Hereros.

Un groupe de guerriers conduit par un certain Samuel Maharero attaque les colons du poste d'Okahandja. 123 Allemands sont massacrés en trois jours dans des conditions particulièrement horribles.

Six mois plus tard, un nouveau gouverneur, le général major Lothar von Trotha, débarque dans la colonie avec un renfort de 3.500 soldats.

Il a mission de chasser les Hereros du territoire ou de les exterminer.

Image

Le 11 août 1904, les troupes allemandes conduites par Lothar von Trotha encerclent 7.500 Hereros et leur chef Maharero sur le plateau de Waterberg.

Leurs armes puissantes ont facilement raison des assiégés, les survivants sont chassés avec leur bétail vers le désert du Kalahari.

Le 2 octobre, un ordre du jour de Von Trota enlève aux Hereros tout espoir de retour.

Cet ordre d'extermination (Vernichtungsbefehl) est ainsi rédigé : «À l'intérieur de la frontière allemande, tout Herero, avec ou sans fusil, avec ou sans bétail, sera fusillé. Je n'accepte plus ni femme ni enfant, je les renvoie à leur peuple ou fais tirer sur eux. Telles sont mes paroles au peuple herero. Le grand général du puissant empereur. Von Trotha».

À Berlin, le chef d'état-major allemand, le comte Alfred von Schlieffen, peut écrire : «L'aride désert Omeheke finira ce que l'armée allemande a commencé : l'extermination de la nation Herero».

Le 11 décembre de la même année, le chancelier allemand Bülow ordonne d'enfermer les Hereros survivants dans des camps de travail forcé et peu après, les dernières terres indigènes sont confisquées et mises à la disposition des colons allemands.

Dans les trois années qui suivent, des dizaines de milliers de Hereros succombent à la répression, aux combats, à la famine et aux camps.

De près d'une centaine de milliers, leur population tombe à 15.000.


Du Sud-Ouest africain à la Namibie.

Conséquence de cette tragédie, les Hereros sont aujourd'hui dépassés en nombre par les Ovambos dans la Namibie moderne (nouveau nom du Sud-Ouest africain).

Placé par l'ONU sous mandat sud-africain en 1945, le territoire est devenu indépendant en novembre 1989.


Une semaine d'Histoire du 8 Janvier 2018 au 14 Janvier 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités