7 décembre 1975 : L'Indonésie envahit Timor-Est.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3044
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

7 décembre 1975 : L'Indonésie envahit Timor-Est.

Messagepar jacknap1948 » Jeu Déc 07, 2017 9:21 am

7 décembre 1975 : L'Indonésie envahit Timor-Est.


Le 7 décembre 1975, l'armée indonésienne envahit la petite colonie portugaise de Timor-Est.

C'est le début d'une longue lutte ponctuée par de grands massacres de civils (près du tiers de la population).

Image
Scène d'invasion dans le Timor oriental (7 décembre 1975)


Une île du bout du monde

L'île de Timor, aussi appelée Loro Sae ou Tim-Tim, se situe à l'extrémité orientale des îles de la Sonde (Sumatra, Java, Bali, Flores...).

Son climat est relativement sec du fait de sa proximité de l'Australie, dont elle est éloignée de seulement 500 km.

Cette île sans attrait touristique particulier est à peine plus grande que la Bretagne (33 000 km²) et peuplée de 3 500 000 habitants (2005), dont un million dans la moitié Est, qui forme aujourd'hui la République du Timor oriental.

Elle représente peu de chose au milieu des 200 millions d'habitants très divers qui peuplent l'Indonésie.


Histoire coloniale

Le destin tragique de Timor est le résultat des vieilles rivalités coloniales du XVIIe siècle.

Les Portugais sont les premiers Européens arrivés dans les îles de la Sonde au XVIe siècle, dans la foulée de Vasco de Gama.

Au siècle suivant, les Hollandais, que leur indépendance a rendu audacieux, délogent les Portugais de l'Insulinde et ne leur laissent que l'extrémité orientale de l'île de Timor.

Les Hollandais, avides seulement de commerce et de profit, s'accommodent des religions indigènes ainsi que de l'islam qui commence à se répandre dans l'archipel et deviendra majoritaire à 80% dans l'ensemble de leur colonie, y compris dans la partie occidentale de Timor.

Les Portugais, quant à eux, exploitent le précieux bois de santal qui constitue la seule ressource notable de l'île.

Mais ils se soucient plus encore du salut des indigènes et introduisent la religion catholique dans leur colonie, de sorte que la partie orientale de Timor est aujourd'hui très majoritairement catholique.

L'île participe à la Seconde guerre mondiale avec l'irruption des Japonais et la contre-offensive des Australiens, courageusement appuyés par la population locale.

Le 25 avril 1974, à Lisbonne, le gouvernement autoritaire de Caetano, héritier du dictateur Salazar, est renversé au cours de la « Révolution des oeillets ».

Les militaires progressistes qui prennent le pouvoir décident de liquider sans tarder le passif colonial qui fait du Portugal la dernière puissance coloniale d'Europe occidentale.


Génocide caché

L'armée et l'administration portugaises évacuent les colonies d'Afrique ainsi que le très humble territoire de Timor-Est (capitale : Dili).

Ils livrent à la guerre civile ces nouveaux États nullement préparés à l'indépendance.

À Timor-Est, le Fretilin (Front Populaire pour l'indépendance de Timor), à orientation communiste, engage la guerilla contre les mouvements minoritaires qui prônent le rattachement à l'Indonésie.

Le dictateur Suharto ordonne alors l'occupation de Timor-Est et annexe le petit territoire en 1976, en faisant la 27° province de l'Indonésie.

Le Fretilin poursuit la guerilla malgré l'assassinat de son chef.

Le clergé catholique devient de son côté le fer de lance de la résistance civile

En 1981, l'armée indonésienne engage une opération de répression brutale qui se solde par une vaste famine et la mort d'environ 250 000 habitants, soit le tiers de la population.

Cette affaire proprement indonésienne n'émeut pas outre mesure les opinions occidentales et démocratiques qui ont d'autres soucis en tête (Afghanistan, missiles soviétiques SS 20, Cambodge...).

En 1989, un relatif apaisement permet au pape Jean-Paul II de rendre visite à ses catholiques du bout du monde.

La tension reste néanmoins vive et le territoire est mis en coupe réglée par les chefs militaires.


Sous la pression internationale, Djakarta concède l'indépendance

En 1997, une crise entraîne l'effondrement de l'économie indonésienne, artificiellement nourrie par des investissements spéculatifs, et la chute du dictateur Suharto, contraint à une retraite dorée.

Son successeur désigné, Habibi, propose un référendum d'auto-détermination à Timor-Est dans l'espoir de se concilier les bailleurs de fonds des pays démocratiques.

Mené dans la précipitation mais sous contrôle de l'ONU, le référendum se solde par le franc succès des partisans de l'indépendance.

Comme ils en avaient fait la menace, les militaires et les miliciens pro-Indonésie entreprennent aussitôt de ravager l'île et de déporter la population.

Mais l'implication officielle de l'ONU ne leur permet plus d'agir en toute impunité et à l'abri des regards comme 15 ans auparavant.

L'indépendance de Timor-Est devient une réalité le 20 mai 2002 sous le nom de République du Timor oriental (Timor-Leste en portugais), avec pour capitale Dili.

Alban Dignat


Une semaine d'Histoire du 4 Décembre 2017 au 10 Décembre 2017 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité