24 juin 1859 : Solferino donne naissance à la Croix-Rouge.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3186
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

24-06-1859 : Solferino donne naissance à la Croix-Roug

Messagepar jacknap1948 » Dim Juin 24, 2018 7:38 am

24 juin 1859 : Solferino donne naissance à la Croix-Rouge.


Le 24 juin 1859, les armées franco-sardes se heurtent à l'armée autrichienne à Solferino, en Lombardie, dans une mêlée sanglante et désordonnée qui fait suite à celle de Magenta, le 4 juin.

Le roi de Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel II et son allié, l'empereur des Français Napoléon III, font face à l'empereur d'Autriche, François-Joseph I°.

Joseph Savès.

Image


Une guerre par procuration.

Le conflit entre l'empire autrichien et la coalition franco-sarde est né de la promesse faite par Napoléon III au roi Victor-Emmanuel II de l'aider à faire autour de lui l'unité de l'Italie en échange de la Savoie et Nice.

L'Autriche occupe la Vénétie et la Lombardie et exerce un protectorat de fait sur les principautés d'Italie centrale.

Elle constitue le principal obstacle à l'unification de la péninsule.

Victorieuse à Novare, elle a prouvé au roi de Piémont-Sardaigne qu'il ne pourrait tout seul l'évincer de la péninsule.

Au cours d'une entrevue secrète à Plombières, les 20 et 21 juillet 1858, le Premier ministre piémontais Cavour convainc l'empereur des Français, Napoléon III, d'intervenir en faveur du Piémont-Sardaigne en cas de «geste agressif» de l'Autriche.

Cavour provoque habilement ce geste de l'Autriche.

C'est ainsi que la France est entraînée à son corps défendant dans une guerre entre le Piémont et l'Autriche.

Elle déclare la guerre à Vienne le 3 mai 1859 et entame les hostilités le 10 mai 1859.

Les alliés franco-sardes l'emportent difficilement à Magenta le 4 juin 1859, où Napoléon III manque d'être fait prisonnier avec son état-major.

Son armée arrive malgré tout à prendre la ville au terme d'une bataille qui laisse 9.000 morts sur le terrain.

Trois jours plus tard, elle entre à Milan et le général de Mac-Mahon est fait maréchal et duc de Magenta.

Image


La «boucherie» de Solferino.

Les alliés affrontent à nouveau les Autrichiens à Solferino.

Près de 40.000 soldats restent sur le champ de bataille au terme d'une bataille désordonnée et sans envergure stratégique.

L'empereur des Français, ému par les boucheries de Magenta et Solferino, juge qu'il est temps d'arrêter les frais d'autant que sur le Rhin, les patriotes allemands s'exaltent.

La Prusse menace d'unir les principautés allemandes dans une guerre contre la France, jugée trop menaçante.

Malgré les réticences des Piémontais qui ont tout lieu d'être satisfaits de cette guerre par procuration, Napoléon III profite de son avantage pour signer un armistice avec l'empereur d'Autriche François-Joseph I° à Villafranca le 11 juillet 1859.

La guerre entre la coalition franco-piémontaise et l'Autriche n'aura duré que deux mois, du 10 mai au 8 juillet 1859.

Vienne évacue la Lombardie et la remet à Napoléon III, lequel se fait un devoir de la restituer au roi de Piémont-Sardaigne, l'unité de l'Italie est en marche...

Mais à Turin, on s'indigne du lâchage prématuré de la France et du renoncement à la Vénétie et à l'Italie centrale, Cavour lui-même démissionne.

Napoléon III, confus, renonce à réclamer le prix du sang versé par ses soldats : Nice et la Savoie.

L'intervention bruyante des patriotes garibaldiens en Italie centrale remet les choses en place.

Se rendant maîtres de la Toscane, de Modène, de Parme et de la Romagne pontificale, les dits patriotes forment des assemblées constituantes qui votent leur annexion au royaume du Piémont.

Image

Napoléon III accepte la décision de ces assemblées révolutionnaires sous réserve que les annexions soient approuvées par un plébiscite.

Cette caution internationale permet à l'empereur des Français d'obtenir enfin le prix de son intervention.

Quelques mois plus tard, par le traité de Turin, la France reçoit Nice et la Savoie.


Naissance de la Croix-Rouge.

Solferino inaugure une période de conflits très meurtriers, avec des batailles où mourront des dizaines de milliers de soldats sans emporter la décision.

La guerre de Sécession, qui se profile aux États-Unis, sera le premier de ces conflits d'un nouveau genre.

Visitant le champ de bataille de Solferino à l'occasion d'un voyage d'affaires, un banquier genevois de 31 ans, Henry Dunant, s'indigne du sort fait aux blessés et organise de premiers secours.

De retour à Genève, il lance un appel à l'opinion européenne dans un livre intitulé : Un souvenir de Solferino, lui-même s'entretient avec l'empereur Napoléon III.

Avec quatre amis genevois, il crée le 17 juillet 1863 une organisation internationale et neutre destinée à secourir les victimes de guerre, le Comité International de la Croix-Rouge(CICR).

Une conférence internationale aboutit à la signature le 22 août 1864 de la première Convention de Genève «pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne».


Une semaine d'Histoire du 18 Juin 2018 au 24 Juin 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité