25-10-1854 : La charge de la Brigade légère.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3270
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

25-10-1854 : La charge de la Brigade légère.

Message par jacknap1948 » Jeu Oct 25, 2018 12:55 pm

25 octobre 1854 : La charge de la Brigade légère.


Le 25 octobre 1854 s'engage l'une des principales batailles de la guerre de Crimée, autour de la base anglaise de Balaklava.

Joseph Savès.


L'offensive de Balaklava.

Les alliés franco-anglo-turcs veulent faire de ce petit port entouré de hautes falaises le point de départ de leur offensive sur la citadelle russe de Sébastopol, à quelques kilomètres plus au nord.

Au matin de ce jour, les Russes lancent une puissante attaque contre les batteries turques des falaises.

Ils s'en emparent mais ne peuvent aller plus loin du fait de la résistance stoïque des Écossais du 93e Highlanders de Sir Colin Campbell.

Un détachement de cavaliers russes tente de contourner le régiment par la droite mais il tombe nez à nez avec la Brigade lourde du général Sir James Scarlett.

Celui-ci, dont c'est à 55 ans la première expérience du feu, fait aligner ses troupes comme à la parade.

Tuniques rouges et bonnets à poils. Les Russes sont décontenancés et reculent.

Le général en chef britannique Lord Raglan veut consolider ce succès.

Il demande à Lord Lucan, commandant de la cavalerie, de déloger au plus vite les Russes des hauteurs pour protéger les batteries de leurs alliés turcs.


Le combat de trop.

Au vu des puissantes défenses russes et ne pouvant compter sur un soutien de l'infanterie, Lord Lucan se refuse à bouger.

Mais Lord Raglan insiste, Lord Lucan transmet alors l'ordre à son beau-frère (qu'il déteste !).

Celui-ci, Lord Cardigan, commande une Brigade de cavalerie dite légère.

Lui aussi comprend l'inanité de la mission mais il n'ose se défiler devant un ordre écrit du général en chef.

Il n'ose pas davantage s'en expliquer devant lui.

Image

Lord Cardigan, qui aurait dû se contenter de la notoriété conférée à son nom par un sweater, conduit ses 673 lanciers au combat.

Ils ont un peu plus d'un kilomètre à parcourir avant d'atteindre les batteries russes.

La première moitié du parcours se déroule comme à la parade..., Lord Raglan s'émerveille devant un Lord Cardigan «aussi courageux et fier qu'un lion».

Mais voilà que les canons russes ouvrent le feu.

20 minutes plus tard, la Brigade légère laisse 113 morts et 247 blessés sur le terrain ! «C'est magnifique mais ce n'est pas la guerre», commente sobrement le général Bosquet.

Un poème de Lord Tennyson (1864) et un film de Tony Richardson (1968) ont immortalisé ce fait d'armes inutile...

Et nous n'avons rien trouvé de mieux que d'introduire dans notre langue non seulement le cardigan mais aussi le raglan (paletot à pèlerine), d'après le nom du général en chef britannique.


Une semaine d'Histoire du 22 Octobre 2018 au 28 Octobre 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »