24-07-1712 : Victoire inespérée de Villars à Denain

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

24-07-1712 : Victoire inespérée de Villars à Denain

Message par jacknap1948 » Mar Juil 24, 2018 8:53 pm

24 juillet 1712 : Victoire inespérée de Villars à Denain.


Le 24 juillet 1712, le maréchal-duc de Villars remporte à Denain une victoire inespérée sur les Austro-Hollandais commandés par le prince Eugène.

Située sur l'Escaut, entre Douai et Valenciennes, Denain est une place forte à partir de laquelle les forces coalisées contre la France menacent Landrecies, dernière place forte française avant... Paris.

Traversant l'Escaut, le maréchal de Villars contourne la ville par l'ouest et attaque les forces impériales à la baïonnette à la tête de 52 bataillons.

Décontenancés par cette audace, les Austro-Hollandais refluent en désordre et laissent pas moins de 10.000 hommes sur le terrain. Ils doivent peu après évacuer la Flandre.

Par sa victoire, le maréchal sauve in extremis la France de l'invasion. Il permet aussi au roi Louis XIV de boucler d'une façon honorable les négociations ouvertes à Utrecht six mois plus tôt pour mettre fin à l'interminable guerre de la Succession d'Espagne.


Reconnaissance tardive.

Presque sexagénaire, le maréchal Claude de Villars bénéficie d'une reconnaissance tardive.

Retardé dans son avancement par l'hostilité du ministre Louvois et par les militaires de cour qui lui reprochent sa propension au pillage, il a attendu la guerre de Succession d'Espagne pour faire la preuve de ses talents.

Dès le début de la guerre de Succession d'Espagne, Villars s'illustre comme lieutenant de Catinat en remportant de brillantes victoires au-delà du Rhin, à Friedlingen en 1702 puis à Hochstaedt (ou Höchstädt) l'année suivante.

Il est nommé maréchal... par ses soldats, sur le champ de bataille de Friedlingen avant que le roi entérine leur choix !

Manque de chance, il est arrêté dans sa marche triomphale par le roi lui-même qui le rappelle et l'envoie... dans les Cévennes pour réprimer une insurrection des Camisards protestants.

Il s'acquitte de sa mission en faisant preuve de modération.

En 1704, les Français sont cette fois battus à Hochstaedt et Villars, accouru en catastrophe, arrive tout juste à sauver l'Alsace de l'invasion.

Retranché dans Malplaquet, dans les Flandres, il doit céder la place aux troupes anglo-autrichiennes de Marlbrough et du prince Eugène.

Mais avant d'ordonner la retraite le 11 septembre 1709, il inflige à l'ennemi de telles pertes que celui-ci doit renoncer à poursuivre l'invasion de la France.

Villars est blessé grièvement au genou au cours de la bataille, ce qui lui vaut de séjourner au château de Versailles. Il est fait pair de France.


Enfin la paix.

À peine remis de sa blessure, le maréchal reprend les armes. C'est ainsi qu'il remporte la victoire décisive de Denain, non loin de Malplaquet.

Cette victoire met un terme à un conflit européen vieux de plus de dix ans.

Sans attendre la fin des opérations militaires, les diplomates européens s'étaient réunis en congrès à Utrecht le 29 janvier 1712 et ils attendaient le sort des armes pour boucler les négociations de paix.

Fort du succès de Villars, le Roi-Soleil, épuisé et vieilli (74 ans), obtient des conditions honorables et peut enfin signer le traité de paix.

Quant au héros du jour, il finira sa carrière sous les honneurs, avec le titre de maréchal général, qui n'avait été décerné avant lui qu'à Turenne.

Il mourra octogénaire en 1734 au retour d'une campagne en Italie !

Alban Dignat


Une semaine d'Histoire du 23 Juillet 2018 au 29 Juillet 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »