06-07-1495 : «Furia francese» à Fornoue (Italie).

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3219
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

06-07-1495 : «Furia francese» à Fornoue (Italie).

Messagepar jacknap1948 » Ven Juil 06, 2018 7:31 am

6 juillet 1495 : «Furia francese» à Fornoue (Italie).


Le 6 juillet 1495, comme le roi Charles VIII se replie en France avec son armée après avoir échoué dans sa tentative d'occuper Naples, voilà que la Ligue de Venise tente de lui barrer le chemin à Fornoue, près de Venise.

Face à cette coalition italienne bien supérieure en nombre, les Français, au prix d'un immense effort, arrivent malgré tout à dégager le passage.

La cavalerie royale offre une démonstration cuisante de la «furia francese» (fureur française).

L'expression, due aux Italiens, fera florès...


Une semaine d'Histoire du 2 Juillet 2018 au 8 Juillet 2018 avec Herodote.net


______________ ______________ ______________ ______________ ______________


6 juillet 1495 : Bataille de Fornoue.


La campagne napolitaine de Charles VIII s'achéve le 20 mai 1495 ; le roi quitte Naples avec une armée bien diminuée.

Il n'a plus que 9.000 hommes avec lui.

Il laisse derrière lui Gilbert de Montpensier en qualité de vice-roi et le place à la tête de 5.000 hommes d'armes, de 2.500 Suisses et de «quelque peu de gens de pied français».

Après avoir traversé Rome et Sienne, Charles VIII atteint Pise, et les difficultés commencent.

Devant Fornoue, rattrapé par l'armée du marquis de Mantoue, forte de 30.000 hommes, Charles VIII est obligé d'accepter le combat.

Afin de reconnaître le roi au milieu du champ de bataille, les Vénitiens emploient la ruse, feignant de vouloir parler.

Leur intention était de faire une rude et grosse charge sur l'endroit où ils sauraient que Charles VIII se trouverait.

Ce qu'ils firent aussitôt, faisant partir cinq ou six cents hommes d'armes de leur grosse troupe, les mieux montés et les plus gaillards ; ceux-là donc s'en vinrent marchant si serrés qu'à les voir il eût semblé qu'on les eût couverts d'un seule drap.

Commynes raconte que le roi avait mandé à 200 hommes d'armes de venir devers lui, lesquels rencontrèrent les Vénitiens et les attaquèrent par le côté, tellement que tous furent défaits et la plupart tués.

Il y eut des Français qui donnèrent la chasse jusqu'au camp des Vénitiens, dont aucun ne fit semblant de sortir de la place.

Cette rencontre fut belle et honorable pour le roi et pour tous ceux qui étaient avec lui.

Pendant ce temps, les troupes du marquis de Gonzague pillent les bagages des Français.

Cependant, et c'est là le principal, Charles VIII est parvenu à passer avec les survivants de la bataille, une bataille durissima, puisque l'on compte un millier de morts du côté français et deux mille parmi les troupes coalisées.

Plus ou moins poursuivi par ceux qui se prétendent vainqueurs, Charles VIII atteint la ville d'Asti.

Pendant ce temps, Louis d'Orléans, dont les troupes meurent de faim, est assiégé dans Novare et se trouve en grande difficulté.


Source : LA FRANCE PITTORESQUE
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 2 invités