11-09-1709 : Villars vainqueur à Malplaquet.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Messages : 3491
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

11-09-1709 : Villars vainqueur à Malplaquet.

Message par jacknap1948 » Mer Sep 11, 2019 7:47 am

11 septembre 1709 : Villars vainqueur à Malplaquet.


Alors que la France est menacée d'invasion dans la guerre de la Succession d'Espagne, Louis XIV a nommé in extremis le vieux maréchal Ckaude de Villars (56 ans) à la tête de l'armée.

Celui-ci entre en campagne dans le Piémont italien.

Puis il livre bataille au prince Eugène et au duc Marlborough à Malplaquet, dans les Flandres, le 11 septembre 1709.

L'issue de la bataille reste indécise mais les coalisés austro-anglais ont subi de si lourdes pertes qu'il n'est plus question pour eux d'envahir la France.

Blessé, Villars se retire à Versailles.

Pendant ce temps, le duc de Vendôme se porte au-delà des Pyrénées et par la victoire de Villaviciosa, en décembre 1710, restaure le roi Philippe V sur le trône d'Espagne.

La chance commence à sourire à Louis XIV...


Une semaine d'Histoire du 9 Septembre 2019 au 15 Septembre 2019 avec Herodote.net


______________ ______________ _______________ ______________ ______________


11 septembre 1709 : Qui a gagné la bataille de Malplaquet ?


Il y a trois cent ans exactement, le 11 septembre 1709, se déroulait la bataille de Malplaquet, appelée aussi bataille de Taisnières, considérée comme la plus sanglante de l’époque de Louis XIV.

À cette date-là, l’enjeu de la guerre qui avait commencé huit ans auparavant n’était plus seulement, pour le roi, la succession de son petit-fils Philippe V au trône d’Espagne, mais bien la défense des territoires qu’il avait réussi à acquérir durant son règne.

Plus de soixante-dix mille soldats Français, sous la conduite du maréchal de Villars, affrontèrent près de cent mille soldats alliés – Anglais, Hollandais, Prussiens, Impériaux… – dirigés par le prince Eugène de Savoie et le duc de Marlborough.

À l’issue d’une lutte acharnée, les Français durent se retirer en laissant derrière eux dix mille de leurs hommes, Villars lui-même eut la jambe fracassée et dut abandonner son commandement, mais les pertes alliées furent deux fois supérieures à celles de leurs adversaires.

On crut pendant quelques jours, dans l’armée française, que Marlborough était mort : cette rumeur valut au général de devenir le héros malheureux d’une chanson désormais célèbre…

Alors, Malplaquet fut-elle pour le Roi-Soleil une défaite ou une victoire ?

Si les débats de l’époque furent très vifs, ils ne se sont pas éteints aujourd’hui, à court terme, la bataille est bien une défaite, puisque les Alliés purent achever le siège de Mons, que Villars voulait libérer.

On salua en revanche la résistance de l’armée française, qui tint longtemps sa position malgré son état d’infériorité numérique.

Il faut dire qu’elle venait de subir dans les années précédentes une improbable série de défaites retentissantes – à Blenheim en 1704, à Ramillies et à Turin en 1706, à Audenarde en 1708.

En fait, à plus long terme, la bataille de Malplaquet apparaît comme un véritable coup d’arrêt, l’espoir allié d’une invasion rapide de la France fut abandonné, et une guerre d’usure s’installa.

En Angleterre même, Malplaquet entraîna la désillusion de l’opinion publique, qui commença à perdre confiance envers son général.

Ce retournement entraîna un an plus tard le succès électoral des Tories, parti favorable à la paix.

Enfin, en 1712, la victoire incontestable de Villars à Denain permit à la France de négocier une sortie honorable de la guerre.


BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »