28-09-1066 : Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterre.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

28-09-1066 : Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterre.

Message par jacknap1948 » Ven Sep 28, 2018 7:42 am

28 septembre 1066 : Invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant.


« Un nez court, gros et aquilin, un menton fort saillant, une figure massive, très romaine, un masque de César auquel il ne manque que la couronne de lauriers », tel est le portrait que brosse Jean de La Varende de Guillaume le Conquérant.

Dès le mois de juin, Guillaume préparait dans ses moindres détails son expédition vers l'Angleterre, opération qui deviendra une véritable épopée.

Durant son absence, la régence serait assumée par sa femme Mathilde, assistée du vieux Roger de Beaumont.

On s'embarquerait à Dives-sur-Mer près du village de Saint-Sauveur, nommé ainsi en souvenir d'un ancien miracle.

Vers la fin du mois de juillet, tous les préparatifs étaient terminés mais l'armée ne s'embarqua qu'aux tout premiers jours de septembre, attendant un vent favorable capable de pousser toute la flotte vers les côtes anglaises.

Un tel rassemblement de guerriers tendus et énervés par une longue attente aurait pu provoquer des incidents dans la région, il n'en fut rien.

Pour calmer les esprits, Guillaume ne quitta plus le camp, il vécut au milieu de ses chevaliers, leur parlant des richesses de l'Angleterre.

Bientôt il décida de jeter l'ancre dans l'estuaire de la Somme, afin de diminuer la distance à parcourir pour atteindre la côte anglaise.

L'admirable tapisserie de Bayeux nous montre l'embarquement du matériel qui se fit en trois phases : l'armement lourd (heaumes, épées d'arçon, « broignes », puis l'armement léger, d'immenses provisions de vin, enfin on fit monter les chevaux à bord.

Et l'on attendit. Les navires étaient si nombreux que l'on croyait voir une épaisse forêt.

Guillaume décida que la traversée s'effectuerait dans la nuit du 27 au 28 septembre.

Il connaissait la force des marées d'équinoxe et le danger qu'elles représentaient, mais il voulait tenter sa dernière chance avant l'hiver.

Bientôt on fut en vue de la côte, il n'y avait personne sur le rivage.

L'armée massée par Harold au sud de l'Angleterre étant surtout composée de paysans, ceux-ci s'impatientèrent de ne pas rentrer chez eux pour les moissons.

Aussi, Harold, ne croyant plus à la possibilité d'un débarquement à une saison si avancée les avait-il renvoyés chez eux.

Guillaume débarqua, mais, sous le feu des regards, sous la tempête des acclamations, il trébucha et tomba sur le sable, les mains en avant.

L'esprit superstitieux des Normands leur fit croire à un mauvais présage.

Mais Guillaume lança immédiatement cette répartie : « Seigneurs, par la splendeur de Dieu, cette terre, je l'ai des deux mains saisie. Elle est tout à nous... »


LA FRANCE PITTORESQUE
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »