28-07-1402 : Tamerlan bat le sultan Bajazet à Angora.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

28-07-1402 : Tamerlan bat le sultan Bajazet à Angora.

Message par jacknap1948 » Mar Juil 31, 2018 7:06 am

28 juillet 1402 : Tamerlan bat le sultan Bajazet à Angora.


Le conquérant turco-mongol Tamerlan remporte une victoire totale sur le sultan ottoman Bajazet I°, le 28 juillet 1402, à Angora (il s'agit de l'actuelle Ankara, au coeur de l'Anatolie, aussi appelée Ancyre sous l'Antiquité).

Cette bataille va offrir aux Byzantins et aux Occidentaux un sursis inespéré dans leur lutte contre les Turcs ottomans.

Marie Desclaux


Tamerlan, conquérant de l'inutile.

Tamerlan est un lointain héritier des conquérants turcs et mongols et se présente comme le descendant de Gengis Khan. Son nom français est une déformation du turc Timur Leng (pour Timour le Boîteux).

Musulman convaincu, au demeurant cultivé et épris de littérature persane, Tamerlan se forge un empire dans l'ancienne province de Transoxiane (Ouzbékistan actuel).

Au prix de grands massacres, il attaque ses voisins mongols de la Horde d'Or, dont le joug pèse sur les habitants slaves de la Moscovie. Puis il se retourne contre le sultan de Delhi, qui règne sur l'Inde du nord, et écrase son armée à Panipat le 17 décembre 1398.

Après avoir bien ravagé le sultanat de Delhi, il s'en prend avec la même sauvagerie aux Arabes de Damas et de Bagdad. C'est ainsi qu'il contemple l'incendie de Damas, la sublime capitale des califes omeyyades... en compagnie du célèbre historien arabe Ibn Khaldoun, originaire de Tunisie.

Tamerlan détruit de même Bagdad, la capitale des califes abbassides, sans négliger de violer et massacrer en règle la population.

Et pour finir, fier de l'oeuvre accomplie, le conquérant se heurte au sultan ottoman à Angora, à l'endroit précis où, longtemps auparavant, en l'an 66 avant JC, le général romain Pompée avait affronté le roi du Pont, Mithridate IV.

À Angora, Tamerlan dispose de trois corps d'armée, avec des soldats originaires du Caucase (Géorgie, Arménie...), d'Asie centrale, des Indes et de Sibérie. Il a également 50 éléphants de guerre.

Face à lui, le sultan Bajazet dispose de troupes aussi diverses, nombreuses et expérimentées, quoique moins expertes en viols et pillages.

Il tire notamment fierté d'une fameuse milice de Janissaires et de 40.000 cavaliers serbes commandés par le roi Étienne (la religion n'empêche pas les hommes du Moyen Âge de servir les chefs de leur choix et les Serbes, au demeurant, n'ont guère le choix depuis leur défaite face aux Turcs à Kossovo Polié).

Plusieurs centaines de milliers d'hommes (un million ?) vont s'affronter le jour durant, dans la poussière et la chaleur.

Le sultan est vaincu et fait prisonnier malgré le bon comportement de ses Janissaires et de ses cavaliers serbes. Il mourra de dépit et de mauvais traitements le 9 mars 1403, au bout de huit mois de détention dans une cage en fer. Son empire sera démantelé et ses fils se le disputeront pendant dix ans.

Après sa victoire d'Angora, Tamerlan n'a guère l'occasion de poursuivre ses ravages. Il conquiert encore la ville chrétienne de Smyrne, décapite tous ses habitants puis s'en retourne vers l'Est.


Fin d'empire.

Il meurt le 18 février 1405, à près de 70 ans, sans laisser beaucoup de regrets. On peut encore visiter son somptueux mausolée à Samarkande, ville dont il avait fait sa capitale.

Partagé entre ses fils, son empire ne lui survivra pas. À la tête de petits royaumes, ses descendants, les Timourides, vont toutefois perpétuer sa dynastie avec un certain éclat autour de la ville d'Hérat (Afghanistan) jusqu'à l'aube du XVIe siècle.

Un lointain descendant, Babur chah, partira alors à la conquête de l'Inde. Dans une nouvelle bataille de Panipat, le 21 avril 1526, il renversera définitivement le sultanat de Delhi et instaurera l'empire des Moghols. Celui-ci durera jusqu'à la conquête anglaise.


Bénéfice d'une bataille.

La défaite à Angora du sultan ottoman Bajazet face au conquérant Tamerlan a des conséquences insoupçonnées pour les chrétiens d'Europe.

En brisant pour longtemps le dynamisme ottoman, elle offre en effet un précieux sursis à l'empire byzantin, réduit à la ville de Constantinople et à ses alentours. Constantinople, qui était sur le point d'être conquise par Bajazet I°, survit pendant encore un demi-siècle.

Ce supplément d'indépendance laisse le temps aux Occidentaux, et en particulier aux Italiens, d'accueillir les savants et les artistes byzantins. La Renaissance italienne va tirer un immense profit de cette «fuite des cerveaux».


Une semaine d'Histoire du 28 Juillet 2018 au 5 Août 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »