22-07-1209 : Le sac de Béziers.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3274
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

22-07-1209 : Le sac de Béziers.

Message par jacknap1948 » Dim Juil 22, 2018 9:06 pm

22 juillet 1209 : Le sac de Béziers.


Le 22 juillet 1209, la population de Béziers est massacrée suite à la prise de la ville par une armée de croisés venus du nord.

C'est le premier des nombreux drames qui émailleront la croisade contre les Albigeois, destinée à éradiquer l'hérésie cathare dans le Midi.

André Larané.


Les croisés s'en prennent aux seigneurs du Midi.

Le roi de France Philippe Auguste étant en guerre avec ses voisins du nord et indisponible, la direction de la croisade a été confiée au légat du pape, Arnaud-Amalric (ou Arnaud-Amaury), abbé de Cîteaux, chef du puissant ordre des moines cisterciens.

Son objectif est d'attaquer les seigneuries et les communautés urbaines qui, bien que catholiques, sont supposées soutenir l'hérésie.

Le légat, qui bénéficie du ralliement forcé et contraint du comte de Toulouse Raimon VI, décide de briser d'abord le maillon le plus faible, à savoir Raimon-Roger de Trencavel, vicomte de Béziers et Carcassonne...


Les croisés font un exemple.

Le malheureux vicomte échoue à convaincre les croisés de sa bonne foi. Ipso facto, les croisés marchent sur Béziers, sa capitale. La ville a des greniers pleins de provisions et possède maintes sources à l'intérieur de ses murailles. Elle ne craint pas le siège. À l'opposé, les assiégeants manquent de vivres et doivent affronter une paysannerie hostile. Le siège se présente d'autant plus mal que les croisés ont toute latitude de rentrer chez eux au terme de quarante jours de campagne, selon la coutume féodale.

Pour tenter d'arranger les choses, l'évêque catholique de la ville demande à ses fidèles de livrer 222 bonshommes cathares auxquels ils auraient accordé l'hospitalité. Bien que bons catholiques, les Biterrois refusent la transaction. Ils refusent également de se rendre aux croisés à la suite de leur évêque.

C'est alors qu'une poignée de Biterrois commettent une erreur qui leur sera fatale : ils opèrent une sortie en vue de défier les croisés en rase campagne. Ces derniers profitent de l'occasion pour pénétrer dans la ville, laquelle tombe bientôt entre leurs mains. La population, terrorisée, se réfugie dans l'église Sainte-Madeleine, mais les croisés n'en ont cure et la massacrent à qui mieux mieux...


Un massacre, dites-vous ?

Selon le moine allemand Césaire de Heisterbach, qui a fait le récit du siège de Béziers par les croisés, le légat Arnaud-Amalric aurait répondu aux guerriers venus lui demander comment distinguer les hérétiques des autres habitants par un mot resté fameux : «Tuez-les tous et Dieu reconnaîtra les siens !». Mais il s'agit d'un mot apocryphe...

D'après l'historien Jacques Berlioz, auteur de Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens (Loubatières, 1996), il semblerait que Béziers, en 1209, avait 7.000 habitants, ce qui n'était pas négligeable ; quelques centaines d'entre eux auraient été massacrés à l'issue du siège ou auraient péri dans l'incendie de l'église Sainte-Madeleine et du quartier environnant. La ville elle-même aurait très vite retrouvé sa prospérité, dans la loyauté aux Capétiens.

Avec la prise de Béziers, les chefs de la croisade veulent dissuader les autres villes du Midi de leur résister. Ils ont hâte d'en finir avant que leurs propres hommes ne regagnent leurs seigneuries du nord. Dès le 1er août suivant, les croisés investissent la place forte de Carcassonne, entre Béziers et Toulouse. La cité tombe le 15 août.


Simon de Montfort prend la croisade en main.

Le jeune vicomte Raimon-Roger de Trencavel se livre aux vainqueurs pour obtenir la vie sauve de ses sujets. Ses terres sont offertes par le légat Arnaud-Amalric aux principaux seigneurs de la croisade. Mais ceux-ci, le comte de Nevers, le duc de Bourgogne et le comte de Saint-Pol, les refusent tour à tour. Ils ont hâte de rentrer chez eux et craignent d'indisposer le roi de France en acceptant des terres du représentant du pape.

Dans l'embarras, le légat procède à une élection. Simon de Montfort, modeste seigneur de l'Yveline (une terre du sud de Paris), est désigné par ses pairs pour prendre la tête de l'armée. Il accepte. Ce guerrier valeureux est aussi un chrétien convaincu et pieux. Quelques années plus tôt, étant parti pour la Terre sainte avec la quatrième croisade, il a refusé de suivre ses compagnons dans l'attaque de Zara, une ville chrétienne.

Devenu vicomte de Béziers et Carcassonne, Simon de Montfort fait jurer à ses pairs de revenir le secourir en cas de besoin. Il peut compter sur une trentaine de seigneurs et leurs troupes, soit environ quatre mille hommes d'armes. Mais ces effectifs vont beaucoup fluctuer au gré des circonstances.

Simon de Montfort et ses croisés achèvent de soumettre les vassaux du vicomte de Trencavel. Ils obtiennent la capitulation de la forteresse de Minerve, au-dessus de Lézignan-Corbières, et brûlent les 80 bonshommes et bonnes femmes cathares qui s'y étaient réfugiés. Les forteresses de Cabaret et de Termes tombent à leur tour.

La guerre se poursuit avec acharnement contre la noblesse méridionale, en premier lieu contre le puissant comte de Foix, Raimon-Roger. Sa femme, Felipa, est une Bonne Femme ainsi que sa soeur, Esclarmonde de Foix (la famille, notons-le, compte plusieurs Esclarmonde, prénom qui signifie «celle qui éclaire le monde »).

Raimon-Roger possède la haute vallée de l'Ariège (le Sabarthès), au-dessus de Foix. Le Donnezan (château de Quérigut) et le Capcir lui ont été donnés en fief par le roi Pierre II d'Aragon. Qui plus est, sa belle-fille lui apporte en dot les terres d'Andorre, de Caboët et de San-Juan. Des vassaux du comte, cathares ceux-là, tiennent les châteaux de Tarascon-sur-Ariège, Château-Verdun, Rabat-les-Trois Seigneurs, Miglos, Montréal-de-Sos et Lordat.

La capitulation de Lavaur, en mai 1211, se solde par l'envoi au bûcher de... 400 hérétiques et la pendaison de 80 chevaliers. La dame de Lavaur, bien que bonne catholique, est livrée aux soudards et jetée dans un puits !


Une semaine d'Histoire du 16 Juillet 2018 au 22 Juillet 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »