24-06-1314 : Victoire écossaise à Bannockburn.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

24-06-1314 : Victoire écossaise à Bannockburn.

Message par jacknap1948 » Dim Juin 24, 2018 7:22 am

24 juin 1314 : Victoire écossaise à Bannockburn.


Le 24 juin 1314, à Bannockburn, au nord-ouest d'Édimbourg, les Écossais infligent une défaite retentissante aux Anglais, bien que très supérieurs en nombre.

Aux yeux des Écossais, c'est aujourd'hui encore un événement considérable.

Yves Chenal

Image


Crise de succession

Depuis le Haut Moyen Âge, les rois d'Angleterre prétendaient être les suzerains du royaume d'Écosse.

Diverses expéditions militaires leur avaient permis d'imposer leur domination, mais toujours de manière provisoire : une fois l'armée anglaise partie et le pouvoir royal affaibli, le royaume du Nord retrouvait son indépendance de fait.

En 1291 s'ouvre en Écosse une crise de succession.

Le roi d'Angleterre Édouard I° en profite en imposant son candidat Jean Balliol, qui ne tarde pas à rejeter sa tutelle : c'est le début de ce qu'on appelle parfois, de manière excessive, les guerres d'indépendance écossaises.

En 1296, les Anglais s'avancent en Écosse et remportent la victoire de Dunbar : la «pierre du destin», ou pierre de Scone, symbole du pouvoir royal écossais, est alors transférée à Westminster.

Elle ne sera rendue qu'en 1996 (et encore, lors des grandes cérémonies de la famille royale britannique, elle revient à Westminster).

Jean Balliol est quant à lui fait prisonnier peu après, mais dès 1297 la roue tourne et une troupe anglaise est vaincue au pont de Stirling, sur la rivière Forth, au nord-ouest d'Édimbourg.

La bataille est représentée dans le film Braveheart.

La situation politique écossaise est alors chaotique durant plusieurs années, d'autant que la noblesse écossaise est l'une des plus belliqueuses d'Europe, toujours prête à la guerre civile.

C'est finalement un membre d'une famille rivale des Balliol, Robert Bruce, qui devient roi et finit par inquiéter le roi anglais Édouard II.

Celui-ci, époux d'Isabelle de France, fille de Philippe le Bel, est en butte à l'hostilité de ses barons.

Ils sont excédés par les faveurs qu'il prodigue à son arrogant favori et peut-être amant Piers Gaveston, lequel est en définitive saisi et exécuté en 1312.

Malgré (ou à cause de) ses problèmes domestiques, Édouard II, qui n'a plus qu'une autorité très relative, décide de lancer en 1314 une importante expédition en Écosse.

Avec environ 20.000 hommes, son armée est bien plus puissante et environ trois fois plus nombreuse que celle de ses adversaires.

Mais Robert Bruce laisse la cavalerie anglaise se fracasser sur les piques écossaises et remporte à Bannockburn, non loin de Stirling, une victoire triomphale en deux jours, les 23 et 24 juin.

La défaite des Anglais est retentissante.

Elle affaiblit considérablement Édouard II qui ne parvient jamais à rétablir son autorité et est déposé puis assassiné en1327, à l'instigation de sa femme Isabelle et de son amant, Roger de Mortimer.

Tous deux se rendent à leur tour impopulaires et une nouvelle défaite face aux Écossais à Stanhope Park précipite leur chute : Mortimer est exécuté en octobre 1330 et Édouard III, fils et héritier d'Édouard II, prend le pouvoir pour de bon.


Un mythe écossais

Bannockburn a permis aux Écossais de préserver leur indépendance, raison pour laquelle cette bataille est encore aujourd'hui célébrée.

La très populaire chanson Flower of Scotland, composée dans les années 1960 et rapidement devenue le chant favori des supporters de l'équipe écossaise de rugby, rappelle d'ailleurs ce moment glorieux.

Pour les Anglais, il s'agit d'une humiliation et de la pire défaite du Moyen Âge tardif, d'autant plus insupportable qu'elle est due à un adversaire considéré comme barbare et très inférieur.

Heureusement pour eux, la Guerre de Cent ans, avec les victoires de Crécy puis de Poitiers, et la capture du nouveau roi écossais David Bruce en 1346, leur permettront bientôt de laver leur honneur.


Une semaine d'Histoire du 18 Juin 2018 au 24 Juin 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »