13-09-490 avant JC : Victoire des Athéniens à Marathon.

Modérateurs : Staff Forum, Modérateur temporaire

Avatar de l’utilisateur
jacknap1948
Donateur
Messages : 3257
Inscription : Jeu Jan 22, 2009 6:32 pm
Localisation : 93 + 83 + 22

13-09-490 avant JC : Victoire des Athéniens à Marathon.

Message par jacknap1948 » Jeu Sep 13, 2018 7:45 am

13 septembre 490 avant JC : Petite victoire des Athéniens à Marathon.


Le 13 septembre de l'an 490 avant Jésus-Christ, les Athéniens repoussent à Marathon une tentative d'invasion des Perses.

L'affaire se résout par une modeste charge militaire mais elle n'en suscite pas moins une grande émotion dans toute la Grèce et va bouleverser l'équilibre géopolitique de la région...

Il n'est pas interdit de comparer cette bataille à la canonnade de Valmy (1792), elle aussi modeste mais d'une immense portée politique !

Jean-François Zilberman.


Désordres en Asie mineure.

Image
Guerrier, frise murale de Persépolis.

Tout commence une génération plus tôt, en 522 avant JC, lorsque Darius I° succède à Cyrus le Grand et Cambyse sur le trône des Achéménides.

Le «Grand Roi» des Perses et des Mèdes doit faire face dès son avènement à une grave crise de succession.

Ses difficultés encouragent les cités grecques d'Asie mineure à rejeter la tutelle perse.

Les Athéniens traversent la mer Égée et se portent à leur secours. Ils débarquent en Asie mineure et brûlent la ville de Sardes.

C'est plus que n'en peut supporter Darius I°.

Après avoir battu les Athéniens près de la rivière Halys, il brûle à son tour Milet et déporte ses habitants en Mésopotamie.

Puis il envoie sa flotte vers la Grèce sous le commandement de son gendre Mardonios.

Mais la flotte est détruite par la tempête en 492 avant JC, non loin du Mont Athos. 300 navires et 20.000 hommes sont portés disparus.


Les Perses en quête de vengeance.

La deuxième tentative est la bonne.

Sous le commandement des généraux Datis et Artapherne, les Perses et leurs alliés, les Mèdes, débarquent dans la plaine de Marathon, à 35 km d'Athènes.

Image
Phalange athénienne et Hoplites.

Les envahisseurs sont 100.000 selon la tradition, plus vraisemblablement 20.000.

Ils ne trouvent en face d'eux que l'armée des citoyens d'Athènes, au nombre de 10.000.

Les autres cités grecques ont fait défection, à l'exception de Platées, en Béotie, qui a envoyé un millier d'hommes.

Grâce à l'intelligence du stratège Miltiade, qui commande les opérations, les Athéniens et leurs alliés platéens surmontent leur faiblesse numérique.

Ils évitent le traditionnel corps à corps désordonné des batailles antiques et se mettent en rang, puis ils chargent les Perses au pas de course.

Décontenancés par cette nouvelle manière de faire (la première bataille rangée de l'Histoire), les envahisseurs rembarquent sans demander leur reste.


Le premier marathon.

À peine la bataille de Marathon est-elle terminée que Miltiade envoie un messager dénommé Philippidès annoncer la victoire aux habitants d'Athènes.

Il veut à la fois les rassurer et les mettre en garde contre un débarquement de la flotte perse près de la ville.

Image

Selon la tradition, Philippidès meurt d'épuisement en arrivant sur l'Agora, au pied de l'Acropole, après 4 heures de course.

Image
Philippidès.

Il a tout juste le temps de prononcer un seul mot avant de s'effondrer : «Nenikamen» (on écrit parfois «Nenikikame»), ce qui veut dire : «Nous avons gagné».

Peu après arrivent les héros de Marathon.

La flotte ennemie apparaît au large.

Se voyant devancés, les Perses renoncent à poursuivre leur offensive et rebroussent chemin.

Le souvenir de Philippidès est à l'origine de l'épreuve la plus prestigieuse des Jeux Olympiques de l'ère moderne, le marathon.


Retentissement.

La bataille de Marathon marque la fin de la première guerre médique.

Bien que de faible importance par les effectifs engagés et la portée militaire, elle a un retentissement moral considérable.

La Grèce est sauvée grâce à Athènes et la cité asseoit son hégémonie sur ses voisines en prenant la tête de la confédération de Délos, du nom d'une île sacrée où sont conservés les trésors communs à la confédération.

Sous l'impulsion de Thémistocle, le chef du parti populaire, Athènes va aussi se préparer à un nouvel affrontement avec les Perses.

En Perse, cependant, Xerxès succède à son père Darius I° en 486 avant JC.

Il prend le temps de réprimer une révolte en Égypte avant de reprendre la guerre contre la Grèce.

Cette seconde guerre médique s'achèvera encore au désavantage des Perses à Salamine.

Image
Tombeau de Darius I°.


Le premier cimetière militaire de l'Histoire.

Aujourd'hui encore, dans la plaine de Marathon, on honore le tumulus sous lequel reposent 192 soldats athéniens.

Sous un autre tumulus reposeraient 6.400 Perses. Sans doute s'agit-il des plus anciens cimetières militaires de l'Histoire.


Une semaine d'Histoire du 10 Septembre 2018 au 16 Septembre 2018 avec Herodote.net
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).

Répondre

Revenir vers « L'agenda de l'oncle Jacques »