[Louis XIV] règle Strategos Ère Moderne

Modérateur : Staff Forum

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

[Louis XIV] règle Strategos Ère Moderne

Message par Stéphane » Jeu Déc 04, 2008 9:23 am

Je vous livre ici la version des règles avec lesquelles nous pourrons jouer.
C'est une adaptation de STRATEGOS de Philip Sabin.
Je ne publierais ici que les grandes lignes des différences entre la règle antique et la règle couvrant l'ère moderne. Il est donc nécessaire de posséder une version de STRATEGOS pour pouvoir jouer.

Pour l'instant, mon optique est de rédiger des règles en changeant le moins de chose possible. Attention cependant, il m'est arrivé de changer une partie du vocabulaire employée dans la version française de STRATEGOS (qui me sert de base pour l'élaboration de ces règles).

Pour commencer, voici le premier chapitre qui pose justement principalement ces questions de vocabulaire et de définition.

Attention, pour l'instant, ces règles n'ont pas été corrigées et leurs tests ne sont pas terminés. Je ne les livre qu'à titre informatif pour que les personnes aient une vision plus clair de ce dont il s'agit. Les joueurs peuvent néanmoins les utiliser pour faire leurs tests de leur côté et faire remonter leur remarques.
LES ARMÉES

TYPE ET CLASSE DES UNITÉS
Chaque armée est constituée d’une vingtaine d’unités. Ces unités sont des abstractions de ne représentent pas nécessairement des subdivision organisationnelles comme les brigades, les tercios ou les bataillons.
Chaque unité est d’un type particulier et se compose de combattants définis par une classe de moral.

Type d’unité :

Le type d’une unité reflète généralement le type d’équipement d’une troupe ainsi que les grandes lignes de sa tactique. Toutes les unités appartiennent à l’un des 5 types suivants :
· Infanterie légère
· Infanterie Lourde
· Cavalerie légère
· Cavalerie lourde
· Éléphants

Classe de moral

La classe de moral d’une unité représente une combinaison de différents facteurs de ses troupes comme leur moral proprement dit, leur entraînement ainsi que leur efficacité au combat voir la qualité de leur équipement. Toutes les unités ont une classe de moral déterminée parmi les trois suivantes :
· Novices (N)
· Aguerris (A)
· Vétérans (V)

Unités spéciales :

Certaines unités, comme les dragons et parfois l’artillerie, peuvent être modélisées par des amendement aux règles de base ou générer des exceptions. Dans ce cas, on parle d’unité spéciale dont le traitement est abordé dans un chapitre spécifique à la fin de ces règles.

Attitude

Indépendamment de la tactique employée, les unités peuvent adopter une attitude agressive ou non. Pour faire simple nous avons admis que les unités dont les troupes sont équipées majoritairement de pique pour l’infanterie ou de lance pour la cavalerie adoptent principalement une attitude agressive vis à vis de leurs opposants en cherchant le contact et en pratiquant des charges ponctuelles ou successives. D’une façon générale et à moins que cela soit indiqué par la liste d’armée ou le scénario, les unités dont les troupes sont exclusivement équipées d’armes de contact adoptent une attitude agressive durant la bataille.
Il n’en vas pas de même pour les troupes comptant d’avantage sur leur capacité de nuisance à distance comme la plupart des cavaleries légères et plus généralement des tireurs qu’ils soient à pied ou à cheval. En revanche, il en va autrement pour les troupes de tireurs entraînées à l’usage de la charge comme les fantassins français et surtout suédois aux alentours de 1700. Dans ces derniers cas, qui sont plutôt des exceptions à la règle générale, cela est indiqué soit dans le scénario soit dans la liste d’armée employant des unités ainsi entraînées.
Pour plus de détail consulter le chapitre sur les unités spéciales (voir XXX)
L'attitude agressive permet à l'unité de faire des attaques à outrance. Celles qui ne sont pas agressives ne peuvent pas faire ce type d'attaque mais elles disposent d'un bonus au moral tant qu'elles sont soutenues sur leur flanc par d'autres unités amies.


DOCTRINE D’UNE ARMÉE

Pour tenir compte de l’évolution des tactiques militaires qui eurent lieu durant la période traitée par ces règles, nous introduisons la notion de doctrine des armées. Ces doctrines sont spécifiques d’une armée et elles ne peuvent généralement pas en changer. Elles sont au nombre de deux :
· Ordre profond : L’ordre profond permet à une armée d’organiser des lignes successives d’attaque ou de défense dans le but d’user son adversaire avant d’exploiter une faille avec les troupes situées en réserve. Les armées aux contingents très nombreux emplois couramment ce type de doctrine. Les armées moins nombreuse peuvent pallier cela en se déployant de façon compact avec des tactiques leurs permettant de protéger leur flanc sur le modèle des armées antiques. Les armées du début de la période utilisent principalement cette doctrine.
· Ordre mince : Les armées adoptant un ordre mince préfèrent étaler leur front dans le but de déborder leur adversaire sur l’un ou les deux flancs. Elle permet également d’engager en même temps une portion plus importante de troupes. Cette doctrine se développe au court de la période au fur et à mesure de l’évolution de la pensée militaire et de l’élaboration de processus tactique de plus en plus complexe nécessitant une discipline de plus en plus élevée. Les armées de la fin de la période ont tendance à employer principalement cette doctrine.
Une armée employant l'ordre profond ne peut faire que 4 attaques par zone activée tandis qu'une armée utilisant l'ordre mince peut en faire 5.
Mais on ne peut mettre que 8 unités d'un ordre mince par zone et jusqu'à 12 unité dans une même zone si l'armée emploie la doctrine de l'ordre profond.



GÉNÉRAUX

Chaque armée compte de 0 à 2 généraux nommément désignés. Chacun est noté comme Banal (B), Expérimenté (E), Inspiré (I) ou Talentueux (T).
Tous les généraux peuvent être défini soit comme un Chef de guerre (C), attaché de manière permanente à une unité, soir comme un Dirigeant (D) s’il peut se mouvoir seul ou accompagné d’un état-major limité sur le champ de bataille.

VALEUR DE COMBAT
Chaque armée dispose d’une valeur de combat (VC) qui est calculée en additionnant toutes les valeurs de combat de toutes ses unités :
· 2 points pour une unité de novices
· 3 pour une unité aguerrie
· 4 pour une unité de vétérans et d’Éléphants.
· 3 pour un général banal (B)
· 6 pour un général Expérimenté (E)
· 9 pour un général Inspiré (I)
· 12 pour un général Talentueux (T)
Ces valeurs peuvent être modifiées en fonction de la nature de l’unité (voir unités spéciales).

STATUT D’UNE UNITÉ (Dispos, éprouvé ou rompu)

Toutes les unités débutent la bataille dispos. Quand une unité prend une perte, elle devient éprouvée. Les unités éprouvées souffrent de pénalités au moral et au combat, mais continuent d’opérer normalement. Le statut éprouvé représente le manque de projectiles, le désordre croissant, la baisse de moral lié à la fatigue ainsi que les blessures des soldats.
Toutefois, si une unité éprouvée prend une perte supplémentaire, elle est rompue et immédiatement retirée du jeu. Une unité rompue n’a plus aucune efficacité militaire, ses soldats sont soient morts, soient blessés, soient prisonniers de l’adversaire, soient, plus généralement, en fuite de façon plutôt désordonnée vers un havre de paix où il pourront se mettre à l’abri, se reposer, se soigner ou calmer leur frayeur. Cela n’empêche pas certains soldats d’une unité rompue de former des points de résistance quelques part sur le champ de bataille, mais on admet que cette attitude est anecdotique et n’influence pas le déroulement de la bataille de façon déterminante pour le joueur c’est à dire le général en chef de l’armée. On admet que l’efficacité de ses actions résiduelles et incontrôlables sont amplement couvertes et simulées par le caractère aléatoire des jets de dés lancés lors des combats ultérieurs.
Dernière édition par Stéphane le Ven Déc 05, 2008 11:08 am, édité 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Message par Stéphane » Jeu Déc 04, 2008 9:27 am

Voici maintenant le chapitre sur les unités spéciales qui incarne la grande différence avec STRATEGOS antique:
UNITÉS SPÉCIALES

SOUS TYPE D’UNITÉS

Les scénarios peuvent désigner certaines unités comme faisant partie d’un sous-type. Dans ce cas on se réfère principalement au type concernés pour jouer l’unité concerné, mais les paragraphe si dessous indiquent les règles spéciales à appliquer pour ces unités spéciales.

SOUS-TYPE D’UNITÉS D’INFANTERIE LOURDES

Tous les sous types d’unités suivants sont considérés à la base comme étant des unités d’infanterie lourdes. Les règles spéciales qui suivent modifie le comportement de ce type d’unité.

Les tireurs

Ce sous type correspond à toutes les troupes équipés d’armes à feu qu’il s’agisse d’arcs, d’arbalètes, d’arquebuses, de mousquets ou de fusils.
· Toutes les unités de tireurs bénéficient d’un bonus de +1 lorsqu’elles attaquent une unité de cavalerie légère.
· À moins qu’il soit explicitement précisé par le scénario ou la liste d’armée que les tireurs de l’armée adoptent une attitude agressive, toutes les unités de tireurs qui ne possède pas au moins 50% de piquiers ne peuvent pas faire d’attaque à outrance.

Les piquiers
Les unités de piquiers correspondent aux lourdes phalanges de piquiers quasiment dépourvues d’armes de combat à distance telles que les unités de piquiers suisse mais pas les tercio espagnol qui utilisent des manchons d’arquebusiers ou de mousquetaire et sont considérés comme des unités de tireurs (voir ci-dessus).
· Les unités de piquiers sont très agressives et doivent impérativement faire toutes les attaques à outrance qui leur sont possibles.

Les guerriers
Ce sous-type correspond à toutes les troupes équipées de façon disparates aussi bien d’arme de combat à distance comme des arcs ou des armes à feu, que d’armes de contact telles que des lances, des épée et autres sabres ou n’importe quelle arme d’hast.
· Tous les guerriers sont agressifs et peuvent mener des attaques à outrance.

L’artillerie
Bien que cela paraissent incongru au premier abord, l’artillerie est classée comme un sous type de l’infanterie lourde pour plus de commodité rédactionnelle. Les unités d’artillerie correspondent au regroupement de canons généralement de calibres différents agissant plus ou moins en batterie très souvent déployées sur le devant de l’armée.
· L’artillerie se déplace comme de l’infanterie lourde.
· Il est toujours possible d’activer un fois par tour une unité d’artillerie dispos pour 0 PC si elle mène seule une attaque sans être obligé de bouger.
· Une unité d’artillerie compte comme 0 unité dans le nombre maximum d’attaques possibles.
· Une unité d’artillerie ne peut pas faire d’attaque à outrance.
· Tant qu’elle n’a pas rompue le combat, elle doit toujours être prise pour l’unité en pointe de la zone y compris lorsqu’elle est éprouvée.
· Sa perte n’entraîne aucun test de moral et elle ne compte pas dans les unités ayant rompue le combat pour ces mêmes tests.
· En revanche, en cas de défaite sa VC compte double dans le calcul des points.


SOUS-TYPE D’UNITÉS DE CAVALERIE LOURDE

Tous les sous types d’unités suivants sont considérés à la base comme étant des unités de cavalerie lourde. Les règles spéciales qui suivent modifie le comportement de ce type d’unité.
À moins que le contraire soit explicitement indiqué quelques part, toutes les unités de cavalerie lourdes sont agressives et peuvent mener des attaques à outrance.

Les lanciers

Ces unités correspondent aux troupes de cavaliers lourdement équipés qui utilisent leur lance pour charger l’adversaire en rangs serrés et de façon déterminée.
· Les lanciers sont très agressifs et leur unités doivent impérativement faire toutes les attaques à outrance qui leur sont possible.

Les pistoliers

Ces unités correspondent aux troupes de cavaliers utilisant leurs pistolets pour attaquer l’adversaire sans venir au contact puis repartant à l’arrière de leur formation pour recharger.
· Les pistoliers ne sont pas agressifs et ne peuvent pas faire d’attaque à outrance.

Les sabreurs

Ces cavaliers peuvent utiliser la charge comme tactique pour venir au contact avec leur adversaire en retenant leur feu pour le délivrer soit juste avant le contact, soit durant la poursuite ou les duels qui s’ensuivent.
· Les unités de sabreurs sont agressives et peuvent mener des attaques à outrance.

Les dragons (avant 1700 : infanterie montée)
Le terme est ambiguë : avant 1700 on considère qu’il correspond principalement à des fantassins montés qui se déplacent à cheval mais qui combattent encore rarement avec leur montures.
· Les unités de dragons se déplacent comme de la cavalerie lourde.
· Elles combattent comme de la cavalerie légère contre toutes les unités de Cavalerie mais sont considérées comme de l’infanterie légère contre toutes les unités d’infanterie ou lorsqu’elles se trouvent dans une zone de forêt, de bois, de marais ou d’habitations.

Les dragons (après 1700 : cavalerie moyenne)
Le terme est ambiguë : après 1700 on considère qu’il correspond à des cavaliers montés sur des chevaux de moindre qualité mais à partir de cette date, les dragons mènent l’essentiels de leurs combats à cheval et sont partie intégrante de la cavalerie.
· Les unités de dragons se déplacent et combattent comme de la cavalerie lourde mais souffrent d’un malus de -1 lorsqu’elles attaquent une unité d’infanterie ou de cavalerie adverse d’un autre type que le sien et donnent un bonus de +1 lorsqu’elles sont attaquées par une unité de cavalerie d’un autre type que le sien.

LES LEVÉES
Les levées ne sont pas à proprement parlé un sous-type d’unité ; c’est plutôt une sous-classe de moral. Elles correspondent aux troupes de type féodal recrutées pour la campagne sans expérience militaire particulière. Sur le terrain, elles se comportent exactement comme des novices mais sont représentées par deux fois plus de figurines qu’une troupe normale afin de tenir compte de l’importance numérique de ces contingent souvent pléthoriques à l’efficacité militaire limitée.
Une troupe de Levée, quelque soit son type, compte toujours pour 2 unités dans le calcul du nombre d’attaque possibles.
Dernière édition par Stéphane le Ven Déc 19, 2008 10:34 pm, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Message par Stéphane » Ven Déc 05, 2008 11:20 am

Pour vous montrer où en sont mes réflexion après les quelques petits tests faits sur un coin de table je vous livre la table de combat dans sa version d'aujourd'hui. Je pense qu'elle sera amenée à évoluer prochainement.
Elle l'est condamnée de toute manière car les combats de cavalerie dans l'antiquité qui servent de base à STRATEGOS ne se déroulaient pas tout à fait de la même manière. Je pense que certaines valeurs ou bonus vont changer.


Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Message par Stéphane » Dim Déc 14, 2008 12:16 pm

Voilà plus d'une semaine que j'ai posté ces pistes et je n'ai toujours pas reçu de commentaires. C'est étonnant :mrgreen:

STéphane

Avatar de l’utilisateur
Nicofig
Administrateur
Messages : 3548
Inscription : Dim Juin 19, 2005 8:31 am
Localisation : Toulon

Message par Nicofig » Dim Déc 14, 2008 12:31 pm

Ah ben non mais j'attendais ta version finale :roll: :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Message par Stéphane » Dim Déc 14, 2008 1:16 pm

Nicofig a écrit :Ah ben non mais j'attendais ta version finale :roll: :mrgreen:
Je ne la publierais pas sur le forum et ne la donnerais qu'à ceux qui participerons au projet, tu peux donc attendre longtemps :mrgreen:

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Nicofig
Administrateur
Messages : 3548
Inscription : Dim Juin 19, 2005 8:31 am
Localisation : Toulon

Message par Nicofig » Dim Déc 14, 2008 2:44 pm

Mesquin !!! :shock: :evil:

Avatar de l’utilisateur
Marc de Grinçomanoir
Donateur
Messages : 140
Inscription : Sam Sep 29, 2007 6:03 pm
Localisation : Saint Chamas (13)

Message par Marc de Grinçomanoir » Dim Déc 14, 2008 4:34 pm

Stéphane a écrit :Voilà plus d'une semaine que j'ai posté ces pistes et je n'ai toujours pas reçu de commentaires. C'est étonnant :mrgreen:
Comme à chaque fin d'année, il y une pression très forte au boulot donc je ne suis pas très disponible. J'examinerai tout ça pendant les vacances (a partir de vendredi soir).
In Vino Véritas

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Message par Stéphane » Dim Déc 14, 2008 6:26 pm

C'est vrai que tu as une tête d'elfe du père noël :mrgreen:

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
belliludis
Messages : 380
Inscription : Mer Juil 20, 2005 9:15 am

Message par belliludis » Mar Déc 16, 2008 10:38 am

Désolé Stéphane, difficile pour moi de faire un commentaire quelconque vu que je ne connais pas du tout la règle, et encore moins la période :?

Ah si ce que je peut dire c'est une fois encore merci pour toute la peine que tu te donnes.

Vivement la Toussaint 2009 :D
Joachim Pax a écrit:
je ne me fais pas suer à m'arracher en peinture pour jouer sur des marécages de Saint-Maclou.

Avatar de l’utilisateur
Vincent AUGER
Messages : 288
Inscription : Mar Mars 18, 2008 8:54 pm
Localisation : Paris (75)

Re: [Louis XIV] règle STRATEGOS ÈRE MODERNE

Message par Vincent AUGER » Mer Déc 17, 2008 2:25 pm

Quelles dates donnes tu à la période moderne ?
Couvres tu la période napoléonienne ?
Couvres tu les guerres d'Italie (début XVIème) ?
Celles de religion (fin XVIème) ?

Tes propositions me semblent intéressantes pour la période allant, schématiquement, de la guerre de 30 ans à celle de 7 ans.
Stéphane a écrit :Type d’unité :
Le type d’une unité reflète généralement le type d’équipement d’une troupe ainsi que les grandes lignes de sa tactique. Toutes les unités appartiennent à l’un des 5 types suivants :
· Infanterie légère
· Infanterie Lourde
· Cavalerie légère
· Cavalerie lourde
· Éléphants
Je suggère "Infanterie de ligne" plutôt qu'"infanterie lourde". Le terme me semble plus approprié à la période. Tous les points de règles s'appliquant à l'infanterie lourde en antique s'applique à l'infanterie de ligne en moderne.
Stéphane a écrit :Voici maintenant le chapitre sur les unités spéciales qui incarne la grande différence avec STRATEGOS antique:
La différence principale est surtout la prépondérance des tirs sur les combats à l'arme blanche. L'interdiction de combat "à outrance" pour les tireurs me semble déjà une bonne simulation.
Par contre, en cas de combats entre non tireurs et tireurs, la règle simule très mal le feu défensif (un attaquant n'a aucun risque de subir des pertes en Strategos). Je vois 2 options pour le simuler :
  • soit tu introduis une valeur faible dans la table de résolution des combats. Lorsque le jet de l'attaquant est en dessous de cette valeur et que l'unité adverse en pointe est tireur, alors c'est l'attaquant qui subit une perte.
    soit, si elle est tireur, l'unité adverse en pointe fait d'abord un jet lors de chaque attaque. Si elle réussit, l'attaquant ne jette pas son dé et subit une perte.
La première option me semble plus simple à gérer (moins de jet de dés et seul l'attaquant lance des dés pendant un tour de jeu).
Dans tous les cas, il te faut séparer les types de troupes entre tireurs et non tireurs, mais je pense que tu n'auras pas de mal à le faire (a priori, tous sont tireurs sauf lanciers, piquiers et peut être les sabreurs et guerriers dont le feu défensif est probablement négligeable).
Stéphane a écrit :Les tireurs
Ce sous type correspond à toutes les troupes équipés d’armes à feu qu’il s’agisse d’arcs, d’arbalètes, d’arquebuses, de mousquets ou de fusils.
Les troupes équipées de fusils ne sont elles pas le plus souvent de l'infanterie légère ?

Stéphane a écrit :Les tireurs
<...>
· À moins qu’il soit explicitement précisé par le scénario ou la liste d’armée que les tireurs de l’armée adoptent une attitude agressive, toutes les unités de tireurs qui possède au moins 50% de piquiers ne peuvent pas faire d’attaque à outrance.
:?: :?: tu veux dire ceux qui ne possèdent pas au moins 50% de piquiers.
N.B. : ce ratio est quasiment systématiquement dépassé dès le XVIIème siècle en Europe.
Stéphane a écrit :L’artillerie
<...>
· Une unité d’artillerie compte comme 0 unité dans le nombre maximum d’attaques possibles.
<...>
· Tant qu’elle n’a pas rompue le combat, elle doit toujours être prise pour l’unité en pointe de la zone y compris lorsqu’elle est éprouvée.
J'aurais plutôt vu la possibilite de tirer jusqu'à 2 cases de distance pour l'artillerie (éventuellement avec un malus à longue portée), mais interdiction de l'utiliser si d'autres unités que de l'artillerie attaquent (pour simuler l'engagement des lignes d'infanterie en avant de la position de l'artillerie). L'obligation d'être en pointe ne s'appliquerait alors que si l'artillerie a tiré.
J'ai peur que ton artillerie soit trop présente. Ce serait acceptable en période napoléonienne. Je suis plus mitigé au milieu du XVIIIème et carrément sceptique au XVIIème.
A bout portant, j'aurais donné un bonus à l'artillerie ciblant des formations profondes (e.g. : +1 si plus de 6 unités dans la zone ciblée)

Au niveau de la table de combat
  • * tu parles d'unité de garde : est ce la même chose qu'une unité de vétérans ou bien est ce que ça concerne une unité directement conduite par un général ?
    * le bonus pour une paire d'unité attaquant devrait être restreint aux unités de non tireurs à mon avis
    * le bonus de prise de flanc interdit la formation de carrés de brigade ou de division. Je suis d'accord jusqu'à la fin du XVIIIème, mais plus en période napoléonienne.
Ludiquement


Vincent

Avatar de l’utilisateur
Nicofig
Administrateur
Messages : 3548
Inscription : Dim Juin 19, 2005 8:31 am
Localisation : Toulon

Message par Nicofig » Ven Déc 19, 2008 7:42 pm

Je trouve les remarques de Vincent très pertinentes. Stéphane ton avis ?

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Re: [Louis XIV] règle STRATEGOS ÈRE MODERNE

Message par Stéphane » Ven Déc 19, 2008 8:48 pm

Vincent AUGER a écrit :Quelles dates donnes tu à la période moderne ?
Couvres tu la période napoléonienne ?
Couvres tu les guerres d'Italie (début XVIème) ?
Celles de religion (fin XVIème) ?
C'est la norme des historien : 1492-1798 +- 10% :mrgreen:

Vincent AUGER a écrit :Tes propositions me semblent intéressantes pour la période allant, schématiquement, de la guerre de 30 ans à celle de 7 ans.
En fait, elles sont plutôt recentré sur les XVI et XVIIè siècle. Ce qui fait illusion, ce sont les termes choisis.
Vincent AUGER a écrit :Je suggère "Infanterie de ligne" plutôt qu'"infanterie lourde". Le terme me semble plus approprié à la période. Tous les points de règles s'appliquant à l'infanterie lourde en antique s'applique à l'infanterie de ligne en moderne.
Le terme est tout aussi inapropriés pour le début de la période. Quitte à ne pas l'être à 100% j'ai préféré le garder en référence aux règles initiales.
Vincent AUGER a écrit :Les troupes équipées de fusils ne sont elles pas le plus souvent de l'infanterie légère ?
ici, le fusil c'est le truc avec un silex.

Vincent AUGER a écrit :] :?: :?: tu veux dire ceux qui ne possèdent pas au moins 50% de piquiers.
N.B. : ce ratio est quasiment systématiquement dépassé dès le XVIIème siècle en Europe.
Voilà, tu as compris, en gros, si t'as pas une majorité de piquiers dans ton unité de "tireurs" (cas des unités avant la guerre de trente ans) tu ne peux plus faire d'attaque à outrance, tu deviens un vrai "tireurs". Le feu prime sur le contact. C'est, entre autre, ce qui fait la différence entre les espagnols et les hollandais.
Vincent AUGER a écrit :J'aurais plutôt vu la possibilite de tirer jusqu'à 2 cases de distance pour l'artillerie (éventuellement avec un malus à longue portée), mais interdiction de l'utiliser si d'autres unités que de l'artillerie attaquent (pour simuler l'engagement des lignes d'infanterie en avant de la position de l'artillerie). L'obligation d'être en pointe ne s'appliquerait alors que si l'artillerie a tiré.
J'ai peur que ton artillerie soit trop présente. Ce serait acceptable en période napoléonienne. Je suis plus mitigé au milieu du XVIIIème et carrément sceptique au XVIIème.
A bout portant, j'aurais donné un bonus à l'artillerie ciblant des formations profondes (e.g. : +1 si plus de 6 unités dans la zone ciblée)
En fait, en commandant le joueur à l'employer comme unité en pointe ,c'est elle qui encaise les premiers dégât. Il ne faut donc pas espérer l'employer durant toute la bataille. En plus elle ne servait à l'époque qu'à une seule chose : emmerder l'adversaire pour qu'il viennent la lui fermer. C'est ce que j'ai essayé de modélisé mais j'avoue que la porter de deux cases pourquoi pas même si je suis prêt à parier que dans 90% des cas, cela ne changera pas grand chose.
Pas de bonus lié à la distance. Cela ne correspond pas au pratique de l'époque (sauf peut être à partir du milieu du XVIIIè) en plus, vu la taille des cases, je trouverai cela incongru. Mais un bonus pour tirer sur l'ordre profond, pourquoi pas, c'est dans l'esprit en tout cas. Le problème, c'est qu'à l'époque de l'ordre profond les artilleries n'étaient pas super efficaces. Ceci compensant cela, je n'ai pas voulu insister plus que de raison en introduisant une différence entre les artillerie du début et de la fin de la période.
A noter que les unités d'artillerie ne représente que les batterie et qu'une armée n'en comptera certainement qu'une seule. Les canons des régiments ne sont pas traité.

Vincent AUGER a écrit :Au niveau de la table de combat
  • * tu parles d'unité de garde : est ce la même chose qu'une unité de vétérans ou bien est ce que ça concerne une unité directement conduite par un général ?
    * le bonus pour une paire d'unité attaquant devrait être restreint aux unités de non tireurs à mon avis
    * le bonus de prise de flanc interdit la formation de carrés de brigade ou de division. Je suis d'accord jusqu'à la fin du XVIIIème, mais plus en période napoléonienne.
Ca tombe bien la période napoléonienne n'est aboslument pas traité par ces règles.
Les unités de gardes sont les mêmes que dans les règles intitiales.
Le bonus pour une paire d'unité correspond aux pratiques des armées employant l'ordre profond (très inspiré des pratiques antiques). Ce sont les test qui trancheront.

Voilà, merci Vincent ;) ça m'apprendra à l'ouvrir :mrgreen:

Pour le reste, c'est en suspend ;)

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Donateur
Messages : 3053
Inscription : Sam Juil 16, 2005 1:33 pm
Localisation : Limoges et Toulouse (FRANCE)
Contact :

Re: [Louis XIV] règle STRATEGOS ÈRE MODERNE

Message par Stéphane » Ven Déc 19, 2008 10:29 pm

Vincent AUGER a écrit :La différence principale est surtout la prépondérance des tirs sur les combats à l'arme blanche. L'interdiction de combat "à outrance" pour les tireurs me semble déjà une bonne simulation.
Par contre, en cas de combats entre non tireurs et tireurs, la règle simule très mal le feu défensif (un attaquant n'a aucun risque de subir des pertes en Strategos). Je vois 2 options pour le simuler :
  • soit tu introduis une valeur faible dans la table de résolution des combats. Lorsque le jet de l'attaquant est en dessous de cette valeur et que l'unité adverse en pointe est tireur, alors c'est l'attaquant qui subit une perte.
    soit, si elle est tireur, l'unité adverse en pointe fait d'abord un jet lors de chaque attaque. Si elle réussit, l'attaquant ne jette pas son dé et subit une perte.
La première option me semble plus simple à gérer (moins de jet de dés et seul l'attaquant lance des dés pendant un tour de jeu).
Dans tous les cas, il te faut séparer les types de troupes entre tireurs et non tireurs, mais je pense que tu n'auras pas de mal à le faire (a priori, tous sont tireurs sauf lanciers, piquiers et peut être les sabreurs et guerriers dont le feu défensif est probablement négligeable).
Vu le niveau de simulation de Stratégos, le fait de ne pas avoir de perte lorsqu'on attaque n'est pas un problème. Stratégos simule l'initiative d'une armée et pas les faits eux mêmes. C'est un concept de simulation très différent de la plupart des autres règles.
En fait, à Strategos, tu ne fais des pertes que si tu choisis d'engager tes troupes. Il s'avèrent que je ne vois aucune différence entre le fait de se tirer dessus et celui de prendre un glaive dans les dents si ce n'est la distance qui sépare les deux troupes (dans les deux cas, ça fait mal :mrgreen: ) :
D'un point de vu STRATEGIOStèque si tu décides d'engager tes troupes pour oppresser ton opposant tu pourras lui causer des dégâts. Sinon, c'est que tu restes à distance de lui. Cette distance peux se mesurer en mètres si tu as des armes blanches, ou en dizaines de mètres si tu as des tireurs mais le principe reste le même.
Les feux défensifs sont plutôt liés à la notion d'attaque à outrance: si je vois que mon feu est inefficace je peux être tenté d'approcher mes troupes d'avantage, mais dans ce cas je risque moi aussi de m'en prendre plein les dents.

Je part du principe que les armées qui misent tout sur le feu, préfèrent rester à distance de l'adversaire quitte à lui infliger moins de perte que risquer d'en prendre une. Du coup, je leur interdit les attaques à outrance. A l'exception de troupes qui n'hésitent pas à venir au plus près de leur adversaires voir carrément au contact (genre les suédois).

La notion de perte à stratégos n'est pas directement lié à la notion de dégâts physique mais plutôt à un dégât moral ou plus judicieusement à la notion de pression qu'on peut exercer sur un adversaire ou qu'on accepte de subir (plus généralement quand on y est poussé par son commandement). Le terme de perte y est trompeur, celui d'usure ou de fatigue seraient peut être plus judicieux. Le fais que les combats se déroulent à distance ou au corps à corps n'a pas d'incidence dans cette simulation, d'où la pertinence de stratégos pour l'ère moderne.

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Vincent AUGER
Messages : 288
Inscription : Mar Mars 18, 2008 8:54 pm
Localisation : Paris (75)

Re: [Louis XIV] règle STRATEGOS ÈRE MODERNE

Message par Vincent AUGER » Sam Déc 20, 2008 2:16 am

Stéphane a écrit :Voilà, tu as compris, en gros, si t'as pas une majorité de piquiers dans ton unité de "tireurs" (cas des unités avant la guerre de trente ans) tu ne peux plus faire d'attaque à outrance, tu deviens un vrai "tireurs". Le feu prime sur le contact. C'est, entre autre, ce qui fait la différence entre les espagnols et les hollandais.
Pendant la guerre de 80 ans (le conflit de libération des Pays Bas), le ratio piquier/tireur est en moyenne 1 pour 1 chez les Espagnols (d'où 50% de piquiers) et 1 pour 2 chez les Hollandais. La différence fondamentale est toutefois dans la taille et la formation des unités. Les Espagnols utilisent des gros tercios, autour d'une forte colonne de piquiers, les tireurs ne sont là que pour la couvrir jusqu'à l'assaut. Les Hollandais ont des bataillons plus petits et adoptent la formation linéaire, maximisant les tirs. Les piquiers sont surtout là pour empêcher la cavalerie de balayer les tireurs. La réforme suivante sera l'introduction de la bayonnette à la fin du XVIIème, qui permettra de s'affranchir des piquiers.
Stéphane a écrit :Pas de bonus lié à la distance. Cela ne correspond pas au pratique de l'époque (sauf peut être à partir du milieu du XVIIIè) en plus, vu la taille des cases, je trouverai cela incongru. Mais un bonus pour tirer sur l'ordre profond, pourquoi pas, c'est dans l'esprit en tout cas. Le problème, c'est qu'à l'époque de l'ordre profond les artilleries n'étaient pas super efficaces. Ceci compensant cela, je n'ai pas voulu insister plus que de raison en introduisant une différence entre les artillerie du début et de la fin de la période.
A noter que les unités d'artillerie ne représente que les batterie et qu'une armée n'en comptera certainement qu'une seule. Les canons des régiments ne sont pas traités.
Je pensais plutôt à un malus à 2 cases et un tir normal à une case.
OK pour le principe d'une seule batterie dans l'armée.
OK pour inclure les canons de régiments dans leur action.
Ludiquement


Vincent

Répondre

Revenir vers « Colomiers 2010 »